GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Aujourd'hui
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Turquie: Erdogan en quête de nouveaux partenaires en Amérique du Sud

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 28 janvier 2016 à Ankara. ADEM ALTAN / AFP

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan entame ce dimanche 31 janvier 2016 une grande tournée sud-américaine qui l'amènera au Chili, au Pérou et en Equateur. Un déplacement sous le signe des échanges commerciaux. La Turquie aimerait en développer avec les pays latino-américains, afin de diversifier ses partenaires, alors que les crises diplomatiques se multiplient avec les clients habituels d'Ankara.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

    Les officiels turcs aiment décidément les voyages, ses derniers mois. De la Chine au Qatar en passant par le Turkménistan, le Premier ministre Ahmet Davutoglu et le président Recep Tayyip Erdogan ont multiplié les déplacements. Dimanche 31 janvier, c’est au Chili que le chef de l’Etat doit se rendre pour entamer sa tournée, qui le conduira ensuite au Pérou et en Equateur.

    Des visites officielles toujours axées sur le développement du commerce, et avec le même objectif en tête, diversifier les débouchés pour les exportations turques. La crise avec la Russie est le dernier exemple en date : la Turquie est en mauvais termes avec certains de ses partenaires. Les relations ne sont d'ailleurs guère meilleures avec l'Irak, qui est le deuxième principal importateur de biens turcs.

    La vocation de cette sortie sud-américaine ne varie pas, mais l'affaire s'annonce ardue pour Ankara. Les échanges avec les pays latino-américains comptent pour moins de 2 % des exportations du pays, et la Turquie, qui y vend essentiellement de l'équipement de transport ou des matières premières, est confronté à un compétiteur de taille : la Chine, beaucoup plus implantée dans la région.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.