GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Haïti: le président Martelly règle ses comptes en chanson

    media Le président haïtien Michel Martelly. Reuters

    En Haïti, aucune issue à la crise politique n'a encore été trouvée après le report sine die des élections, présidentielle et législatives, du 24 janvier. Cependant, le président, une star de la chanson sous le nom de Sweet Micky, est au cœur des conversations. La raison ? La sortie de son nouveau tube carnavalesque, une chanson dans laquelle il attaque sans finesse ses détracteurs.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Avec plus de 100 000 écoutes sur Internet en moins de 24 heures, le titre Ba'l bannan lan, comprenez « donnez-lui la banane » en créole, est déjà un tube.

    Comme il l'avait promis, Michel Martelly, l’actuel président, renoue avec sa carrière musicale en réglant ses comptes avec ses détracteurs.

    En ligne de mire : Liliane Pierre Paul, une journaliste de carrière très connue en Haïti. En six minutes, son nom n'est jamais cité, mais tout le monde sait qui est désigné par le surnom « Ti Lili ».

    Allusions sexuelles

    Les merengues carnavalesques jouent souvent sur le double sens des mots, mais dans le tube de Sweet Micky, les allusions sexuelles sont assez explicites et dirigées sans beaucoup de classe contre la vedette des médias.

    Les références aux bananes sont aussi un rappel du slogan de campagne du candidat à la présidentielle, Jovenel Moïse, qui est entrepreneur agricole.

    Cette année, le carnaval débute le jour où aurait dû se tenir la passation du pouvoir présidentiel, si l’élection n'avait pas été annulée.

    L'actuel chef de l'Etat va-t-il quitter le pouvoir ou rester en fonction faute de successeur ? Va-t-il monter sur un char du carnaval pour chanter ces paroles crues ? On ne sait pas encore.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.