GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Présidentielle américaine: Marco Rubio, l’homme du consensus?

    media Excellent orateur, Marco Rubio a conquis les électeurs dans la dernière semaine avant les caucus de l'Iowa. Ici, en meeting, le 1er février à Des Moines. REUTERS/Dave Kaup

    Il est, selon la presse américaine et de très nombreux experts, le vrai gagnant du premier scrutin dans la primaire républicaine. Marco Rubio, sénateur de l’Etat de Floride, est arrivé en troisième position ce lundi dans l’Etat de l’Iowa, avec 23% des voix, derrière Donald Trump et Ted Cruz. Ce jeune politicien de 44 ans, issu d’une famille modeste immigrée de Cuba, pourrait devenir le choix par défaut de l’establishment du parti républicain.

    Marco Rubio n’a pas encore achevé son premier mandat de sénateur et pourtant, il brigue déjà l’investiture républicaine pour la course à la Maison Blanche. D’abord subjugué dans son enfance par les discours de Ted Kennedy, il choisit finalement son camp après l’arrivée de Ronald Reagan à la présidence : il sera républicain.

    Et, respectant ses origines cubaines, il se lance dans les années 1990 en politique dans le milieu cubano-républicain de Floride, dans son fief de Miami. C’est à cette période qu’il rencontre un certain Jeb Bush. Le fils et futur frère de président va d'abord devenir son mentor en politique avant que l'élève ne fasse qu’une bouchée du maître.

    Jeb Bush, tout comme Marco Rubio, se lance en 2015 dans les primaires républicaines. Mais d'abord donné favori, il n'a ce lundi finalement pas dépassé les 5% dans l’Iowa, alors que Marco Rubio, lui, a su convaincre près de 25% des votants.

    Ses qualités : un très bon orateur, un jeune à qui tout réussi, un esprit vif reconnu par de nombreux élus, à la vision politique pas forcément figée comme l’a démontré son vote en faveur d’une réforme de l’immigration pourtant proposée par le démocrate Barack Obama.

    Après ce premier vote dans l'Iowa, Marco Rubio devrait, selon la presse, bénéficier de l'appui de la vieille garde du parti républicain qui se méfie de Donald Trump, tout comme de Ted Cruz.

    → A lire aussi : Election américaine: un troisième candidat peut-il émerger?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.