GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Aujourd'hui
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Canada: fin de l'état de grâce pour le Premier ministre Trudeau?

    media Le nouveau Premier ministre canadien fraîchement élu, Justin Trudeau, lors d'une conférence de presse à Ottawa, le 20 octobre. REUTERS/Chris Wattie

    Cela fait 100 jours que le gouvernement Trudeau a pris le pouvoir au Canada, succédant au conservateur Stephen Harper. L’arrivée de ce Premier ministre aux allures de jeune premier a suscité beaucoup d’espoirs dans un pays gouverné pendant une décennie par des dirigeants surtout motivés par l’idée de dépenser le moins d’argent public possible, et de laisser le libre marché opéré. Trois mois plus tard, plusieurs commencent cependant à s’inquiéter du manque de direction affiché par le nouveau gouvernement

    Avec notre correspondante à Québec,  Pascale Guéricolas

    À La COP21 en décembre dernier, le Canada a impressionné le reste du monde par sa détermination à lutter contre les changements climatiques. Face à l’Alberta, dont une grande partie de l’économie dépend de l’exploitation pétrolière, le Premier ministre Justin Trudeau a plus de difficultés à maintenir cette position. D’un côté, le gouvernement albertain réclame son appui pour construire un pipeline pour exporter le pétrole de l’Ouest vers l’Est ; de l’autre, une partie du Québec refuse une infrastructure liée à une ressource aussi polluante. Le Premier ministre, lui, louvoie et ne se prononce pas.

    Même attentisme dans le dossier de lutte contre le groupe Etat islamique. En campagne électorale, les libéraux annonçaient que les avions canadiens ne participeraient plus aux bombardements de la coalition internationale. Dans les faits, les CF-18 continuent leur mission, même si le gouvernement a répété à plusieurs reprises que le Canada va s’impliquer d’une autre façon. Comment ? Tout le monde l’ignore pour l’instant.

    Concilier les intérêts divergents de plusieurs groupes ou de différentes régions du pays n’a donc pas l’air de tout repos pour Justin Trudeau.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.