GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: de nombreux acteurs politiques dénoncent le pouvoir vacant en Haïti

    media Michel Martelly a quitté ses fonctions de président de la République en Haïti le 7 février 2016. REUTERS/Andres Martinez Casares

    Certains dénoncent cet accord de sortie de crise qui doit permettre l’élection d’un président intérimaire avant la tenue du second tour de l’élection présidentielle dans les 120 jours suivant sa nomination. C’est le cas notamment du G-8, le groupe des huit candidats de l’opposition à la présidence, selon le site d’information Alter Presse. Ce dernier, par le biais d’un communiqué également publié sur le site d’Alter Presse, estime que cet accord est « une provocation, un mépris inacceptable par les signataires du prétendu accord pour les masses populaires et paysannes ainsi que les classes moyennes ».

    Le G-8, selon Alter Presse, propose une autre solution de sortie de crise, qui passerait par la Cour de cassation, car selon ce groupe, le Parlement ne peut prendre part à la solution étant donné qu’il fait partie du problème.

    Si certains groupes dénoncent cet accord, pour d’autres il s’agit de la seule solution viable. C’est le cas par exemple du « Core Group », composé par l’Union européenne, les États-Unis, le Canada et la France entre autres qui salue quant à lui la signature de cet accord politique toujours, selon Alter Presse. Une entente, selon le site d’information, qui permet de stabiliser les institutions de la République et qui doit permettre également de parachever le processus électoral.

    Même son de cloche du côté de la mission de l’OEA pour qui « la situation en Haïti est exceptionnelle et elle requérait une solution exceptionnelle ». Alter Presse se pose tout de même la question de la viabilité de cette solution. Est-ce que cela apaisera les mobilisations populaires ? Pour l’instant, la réponse reste inconnue.

    En Haïti : scènes de joie lors du départ du président Michel Martelly

    Selon Le Nouvelliste, alors que le 56e président d’Haïti faisait ses adieux devant l’Assemblée nationale, dans la capitale Port-au-Prince, l’euphorie gagnait les rues dans les rangs de l’opposition qui a su mobiliser des milliers de sympathisants. Le quotidien était présent dans ce cortège et a pu interroger quelques manifestants, dont Julmisse pour qui ce départ est une grande nouvelle.

    « Je suis heureux d’apprendre que le pays est libéré de celui qui a appauvri plus de 4,5 millions d'Haïtiens. La providence a exaucé les vœux du peuple qui n’a pas souhaité une prolongation du mandat de cette équipe à la tête du pays », déclare-t-il.

    D’autres réclament justice et réparation, selon le journal. Une manifestation, rappelle Le Nouvelliste, qui coïncidait avec le trentième anniversaire de la chute du régime de Duvalier et de l’inauguration de l’ère démocratique en Haïti.

    New Hampshire : deuxième étape des primaires pour la présidentielle américaine

    Tout comme la semaine dernière dans l’État de l’Iowa, les candidats républicains et démocrates vont s’affronter durant une journée de vote qui pourrait laisser des traces, surtout dans le camp républicain, selon le New York Times.

    Le grand favori des sondages est le milliardaire Donald Trump. Ted Cruz, qui l’a emporté dans l’Iowa mardi dernier, ne bénéficiera pas du même soutien, le New Hampshire n’étant pas un État avec une majorité d’évangélistes selon le quotidien. Samedi dernier se tenait un débat entre candidats républicains. Et selon le Washington Post, Marco Rubio, arrivé en troisième position la semaine dernière, n’a pas réalisé une grande performance. C’est même tout l’inverse, selon l’éditorialiste du journal, qui table désormais sur un bon score du sénateur John Kasich, un des candidats de l’establishment républicain.

    Dans le camp démocrate, toujours selon le New York Times, le grand favori est Bernie Sanders. Le sénateur, originaire de l’État voisin du Vermont devrait logiquement s’imposer, sans que cela n’impact trop sur la candidature d’Hillary Clinton. Mais il faudra tout de même mesurer l’écart entre ces deux candidats, estime le Washington Post qui précise que traditionnellement, lorsqu’un candidat se présente à une primaire dans un État voisin du sien, il l’emporte.

    Cinquantième Superbowl (la finale du championnat de football américain)

    Avec une victoire vingt-quatre à dix des Denver Broncos contre les Carolina Panthers nous apprend ce matin le Denver Post. Le journal du Colorado encense le quaterback des Broncos, Payton Manning, considéré comme l’un des plus grands joueurs de l’histoire de ce sport et qui remporte, à près de quarante ans, son second titre.

    Le journal estime qu’il n’y avait pas plus belle fin pour une carrière comme la sienne. Payton Manning qui doit annoncer prochainement s’il raccroche ses crampons ou s’il poursuit l’aventure.

    Au Venezuela, le virus Zika inquiète

    Dans les colonnes d’El Nacional, un article met en avance les dommages que peut provoquer ce virus chez des personnes déjà atteintes par d’autres pathologies. Le journal cite l’étude réalisée par Alfonso Rodriguez-Morales, un chercheur colombien qui met en avance l’impact de ce virus chez des patients atteints par exemple d’anémie, de leucémie, de diabète ou encore d’hypertension. Selon lui, une fois ces patients infectés par le virus Zika, leur pathologie de base dégénère. Un décès en Colombie d’une patiente atteinte d’anémie et infectée par le virus Zika a été confirmé.

    Quatre personnes ayant contracté le virus Zika sont décédées en Colombie et douze autres au Venezuela, sous réserve de confirmation. Une évolution qui fait craindre le pire au Venezuela, un pays qui connaît une pénurie sans précédent de médicament, selon El Nacional.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.