GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La conférence des représentants des cultes (CRC) réunit les Eglises catholique, orthodoxe, protestante, ainsi que les représentants de l'islam, du judaïsme et du bouddhisme. Le chef de l'Etat réunit ensuite (à 8h45) un conseil de sécurité et de défense avant le traditionnel conseil des ministres.

    Amériques

    A la Une: Trump et Sanders favoris pour les primaires du New Hampshire

    media Les votants font leur choix lors des primaires organisées dans le New Hampshire, à Bedford, le 9 février 2016. REUTERS/Rick Wilking

    D’après le New Hampshire Union Leader, les primaires de ce mardi 9 février 2016 pourraient redistribuer les cartes de cette campagne présidentielle. Le journal de Manchester mise sur une participation record. Plus de 500 000 électeurs sont enregistrés, prêts à se déplacer. « Mais tous les yeux se tournent vers les électeurs non affiliés, ils sont plus de 300 000 et ils pourraient faire la différence », écrit le quotidien.

    Le New Hampshire Union Leader a fait son choix : il se prononce en faveur de Chris Christie. « Nous considérons Chris Christie comme le candidat le plus cohérent, il a confiance en lui. Et c’est le mieux placé pour reprendre la Maison Blanche après un gouvernement démocratique désastreux. Christie sait comment gouverner avec le parti adverse et en tant qu’ancien procureur fédéral il sait comment poursuivre les mauvais garçons ». Et le New Hampshire Union Leader de conclure par un appel à ses lecteurs : « Franchement, si vous hésitez encore, regardez de près Chris Christie, c’est le meilleur ! »

    Il est vrai, les électeurs conservateurs ont l’embarras du choix entre 8 candidats en lice. Des candidats qui ont dépensé 30 millions de dollars rien qu’en publicité négative, c’est-à-dire pour dénigrer les autres prétendants. Le New York Times a pris la calculette. Alors devinez qui a dépensé le plus d’argent ? Eh bien c’est Jeb Bush. Et sa cible préférée ? Marco Rubio.

    D’après le New York Times l’ancien gouverneur de Floride a dépensé la coquette somme de 6 millions de dollars pour dire du mal du jeune sénateur originaire du même État. Mais Marco Rubio ne se laisse pas faire et a déjà préparé sa riposte. Lui aussi a mis la main à la poche pour attaquer ses rivaux conservateurs et lui aussi a une cible préférée… à savoir Jeb Bush.

    Les jeux sont-ils faits ?

    Si on en croit le site Politico, les deux gagnants de cette primaire s’appelleront Donald Trump et Bernie Sanders. Du coup, pour les républicains, le scrutin se jouera autour de la deuxième place. Côté démocrate, poursuit Politico, très peu de sympathisants de Hillary Clinton veulent croire en sa victoire. Plus motivés, ceux qui soutiennent Bernie Sanders. C’est le cas de la Canadienne Kim de Lutis. Son portrait est à lire dans le journal canadien La Presse.

    Cette fervente partisane de Sanders a entamé toutes les démarches pour obtenir la nationalité américaine – après 21 ans de résidence aux États-Unis. Et ceci dans l’unique but de pouvoir donner sa voix au candidat qui se présente comme un « socialiste démocrate ». En fait, d’après La Presse, Kim de Lutis a été « interpellée par le message principal du sénateur : le pays le plus riche sur Terre ne devrait pas bouder les programmes sociaux qui sont jugés essentiels ailleurs dans le monde ».

    Mais Bernie Sanders est-il vraiment un révolutionnaire ? Certains journaux comme le Washington Post en doutent. « Celui qui prétend lutter contre l’establishment en fait bien partie », selon le quotidien. Le Washington Post rappelle que Bernie Sanders est arrivé en 1991 à Washington comme sénateur, soit 2 ans avant Hillary Clinton en tant que Première dame.

    Le carnaval entre joie et tristesse

    La Une du journal O Globo est entièrement consacrée aux défilés des groupes de samba qui se poursuivent aujourd’hui. Pour le journal de Rio, c’est le groupe Mangueira qui se distingue cette année avec son hommage à la chanteuse Maria Bethânia (vidéo).

    Le carnaval se déroule aussi en Haïti, mais l’esprit n’est pas vraiment à la fête. C’est ce qu’a constaté Alterpresse. « Les festivités carnavalesques amputées d’un jour s’ouvrent... dans un contexte de vide présidentiel », peut-on lire sur le site d’information.

    On apprend aussi qu'en Haïti, à Port-au-Prince, lors d’un défilé au Champ de Mars, « plusieurs manifestants se réclamant de l’opposition, hostiles à un accord de sortie de crise signé le 6 février par le Parlement et l’exécutif, ont lancé des pierres sur certains stands et des agents de la Police nationale d’Haïti ». La police a dispersé les manifestants avec du gaz lacrymogène et des canons à eau. Toujours selon Alterpresse, « le Premier ministre Evans Paul a appelé au calme et demandé une nouvelle fois aux différents secteurs impliqués dans la crise de faire preuve de responsabilité en préservant un climat serein de dialogue pour mieux vivre ensemble »

    Au Venezuela, le carnaval se tient également dans une ambiance morose. D’après le journal brésilien O Globo, les Vénézuéliens « célèbrent » leur carnaval le plus triste du siècle. Crise économique oblige, beaucoup de gens ont annulé les festivités. Au lieu de s’acheter des costumes ou de passer quelques jours à la plage, ils font la queue devant les magasins pour s’acheter des produits de première nécessité. « L’inflation a atteint 300% par rapport à l’année dernière », selon O Globo.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.