GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le président autrichien, Alexander Van der Bellen, issu du parti écologiste, avait remporté le scrutin du 22 mai dernier avec 50,3% des suffrages. Seulement 31 026 votes le séparaient de son concurrent, le candidat du FPÖ (extrême droite) Norbert Hofer. La Cour pointe des irrégularités dans le dépouillement de certains suffrages. Cette décision sans précédent, qui valide le recours déposé par le FPÖ de M. Hofer, ouvre la voie à un nouveau scrutin, sans doute à l'automne.

    Amériques

    Mutinerie au Mexique: une lutte de cartels à l’origine du drame

    media Les familles des détenus contestent le blocus mis en place par la police à l'entrée de la prison de Topo Chico le jeudi 11 février, après la mutinerie qui a fait 49 morts. REUTERS/Daniel Becerril

    Au Mexique, une mutinerie dans la prison de Topo Chico à Monterrey, au nord-est du pays, a fait 49 morts, selon le dernier bilan. C’est le résultat dramatique d’un affrontement entre deux groupes rivaux de prisonniers qui se disputaient le contrôle interne de l’établissement pénitentiaire.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

    Durant près d’une heure, des dizaines de détenus se sont affrontés en bataille rangée entre les murs de la prison de Topo Chico, au nord-est du Mexique. Pour se battre, ils ont utilisé des couteaux, des tessons de bouteille, des bâtons et peut-être même des armes à feu. En effet, des tirs ont été entendus durant ces événements tragiques où cinq prisonniers sont morts carbonisés dans l’incendie d’un bâtiment.

    Les rixes de ce genre sont habituelles dans cette prison. L’histoire récente de Topo Chico est marquée par la violence et par la lutte entre des bandes rivales de narcotrafiquants qui se font la guerre dans cet établissement pénitentiaire. Une nouvelle fois, ce sont des détenus appartenant aux cartels du Golfe et à celui des Zetas qui se sont affrontés.

    Comme la plupart des prisons au Mexique, celle de Topo Chico connaît une forte surpopulation carcérale. Elle accueille 3 800 détenus, soit le double de ses capacités. Il est impossible dans ces conditions de contrôler tous les prisonniers, d’autant plus que le nombre de gardes est insuffisant et que ce centre de détention, le plus vieux de la région, dispose d’un système de surveillance totalement dépassé.


    Depuis 1988, des évasions massives et 14 affrontements violents recensés

    « Nous sommes face à une tragédie, qui est une conséquence de la situation difficile dans laquelle se trouvent les installations pénitentiaires », a déclaré le gouverneur de Nuevo Leon, Jaime Rodriguez ce jeudi 11 février devant la presse.

    Pour cause, ce n'est pas la première fois qu'une mutinerie se produit. Depuis 1988, des évasions massives et quatorze affrontements violents ont été recensés, dont un en 2012 dans la prison de Apodaca, également dans l'Etat de Nuevo Leon, qui avait fait 44 morts après une rixe entre les cartels du Golfe et celui des Zetas.

    « Il n'y avait plus trop de problèmes, c'était assez tranquille, jusqu'à ce qui s'est produit hier, a expliqué Juan Zuñiga qui vit à côté de la prison de Topo Chico. Auparavant, il y avait des prisonniers qui s'échappaient, mais depuis 2010 environ, ça s'était calmé. C'est un centre pénitencier très ancien, avec beaucoup de maisons, de familles qui vivent autour. La prison se trouve dans une zone très centrale de la ville ».

    Une prison de haute sécurité fédérale devait être construite à La Mina, dans l'Etat de Nuevo Leon, pour désengorger les trois centres pénitenciers réservés aux prisonniers de droit commun de l’Etat. Mais faute de financements, le projet a été suspendu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.