GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Dilma Rousseff: le virus Zika «ne remet pas en cause» les JO de Rio

    media La présidente brésilienne Dilma Rousseff affirme rentrer en guerre contre le virus Zika. REUTERS/Adriano Machado

    Au Brésil, Dilma Rousseff et ses ministres se sont mis au vert ce samedi 13 février. Le mot d'ordre était affiché sur leurs T-shirts : « Zika zero », alors que le virus a déjà poussé les autorités à déclencher « l’état d’urgence médicale » fin 2015.

    Avec notre correspondant à Sao Paulo, Martin Bernard

    « Cette situation ne remet pas en cause les Jeux olympiques », a déclaré Dilma Roussef, qui a poursuivi: « Le Brésil et le monde ont perdu la bataille contre la dengue, mais nous avons gagné la guerre contre la fièvre jaune, transmise par le même moustique. Nous gagnerons la guerre contre le Zika », a donc déclaré la présidente brésilienne, qui a officiellement lancé la campagne nationale à Zepellin, un des quartiers périphériques de Rio de Janeiro.

    Le virus Zika s'est montré extrêmement offensif chez les femmes enceintes. Il serait responsable de microcéphalies, à savoir des bébés qui naissent avec des crânes plus petits que la normale. Pour l'heure, les chercheurs ont confirmé 460 cas de microcéphalie au Brésil, dont 41 seraient liés à la maladie à virus Zika. Il n'a cependant pas été formellement établi que le virus peut provoquer cette malformation congénitale.

    Prévention

    Dans un premier temps, le Brésil a choisi de faire de la prévention : 220 000 militaires sur le terrain vont distribuer des tracts et expliquer comment se débarrasser des foyers de reproduction du moustique. Au total, signale le gouvernement, trois millions de foyers dans 356 villes et localités ont reçu la visite d'agents dans la seule journée du samedi 13 février.

    Aedes Aegypti est un parasite proche du moustique tigre, devenu l'ennemi public numéro un, car il transmet non seulement le virus Zika, mais aussi la dengue, et le chikungunya.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.