GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Le pape prie dans l’une des villes les plus violentes du Mexique

    media Le pape François a célébré dimanche une messe devant des centaines de milliers de fidèles à Ecatepec, l'une des villes les plus pauvres et les plus dangereuses du Mexique, REUTERS/Max Rossi

    Au troisième jour de sa visite au Mexique, le pape François s'est rendu dans la périphérie de Mexico, dans la ville d'Ecatepec. Il y a célébré la messe devant plus de 300 000 personnes fustigeant les trafiquants de drogue et encourageant les catholiques à être en première ligne pour lutter contre les inégalités.

    Des fidèles à perte de vue, 300 000 au moins, évoque notre envoyé spécial à Mexico, Antoine-Marie Izoard, pour assister à la messe de « Papa Francisco » sur un grand terrain d'Ecatepec, ville-dortoir située au nord de Mexico. Une ville de 1,5 million d'habitants, rongée par la violence, tristement connue pour le nombre de ses féminicides.

    Une foule enthousiaste a accueilli le pape François qui a célébré la messe depuis un gigantesque podium. Dans son homélie, le pape a fustigé « les hommes souvent aveugles et insensibles à la dignité de leurs congénères ».

    Un peu plus tard, il a exhorté les catholiques mexicains à être en première ligne dans la lutte contre les inégalités. Il a souhaité qu'émigrer ne soit plus la seule solution, ou encore que la richesse de quelques-uns ne se construise pas sur la pauvreté du plus grand nombre.

    Puis le chef de l'Eglise a pointé du doigt les souffrances infligées par les « trafiquants de la mort ». Des propos qui ne sont pas passés inaperçus dans une ville où s'affrontent les cartels de la drogue, et dans un pays où trafics et violence n'épargnent pas non plus les migrants, qui tentent de rejoindre le nord du continent.

    Changer la réalité

    A partir de là, indique notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe, le souverain pontife a demandé instamment aux Mexicains de mettre tout en œuvre pour changer cette réalité et faire de leur pays une terre d’opportunités : « Une terre où il ne sera pas nécessaire d’émigrer pour rêver, où il ne sera pas nécessaire d’être exploité pour travailler, où il ne sera pas nécessaire de faire du désespoir et la pauvreté de beaucoup de gens l’opportunisme de quelques-uns. »

    Mais ce dont le pape n’a pas parlé expressément, c’est de la violence qui affecte les femmes dans tout le pays. Plus particulièrement à Ecatepec, qu’il avait pourtant choisie parce qu’emblématique des problèmes du Mexique. Cette municipalité, marquée par la pauvreté et la violence, enregistre en effet le nombre de féminicides le plus élevé du pays. Durant les trois dernières années, plus de 170 femmes y ont été assassinées. Une réalité tragique que le pape n’a pourtant pas cru bon de mentionner lors de son passage à Ecatepec.

    Un portrait du pape François sur un mur d'Ecatepec où le Saint-Père a célébré, ce dimanche, une messe en plein air. REUTERS/Edgard Garrido

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.