GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Esclavage moderne au Brésil: la justice internationale en lice

    media Les travailleurs saisonniers peuvent être employés à la récolte de la canne à sucre comme ici, dans une ferme de Piracicaba, au Brésil. Paulo Fridman/Bloomberg/Getty

    La Cour interaméricaine des Droits de l’Homme, basée au Costa Rica, examine à partir de ce jeudi le cas de centaines de travailleurs brésiliens soumis à de l’esclavage moderne dans une hacienda de l’Etat du Pará, dans le nord du pays. Face à l’inaction de la justice brésilienne, plusieurs organisations de lutte contre le travail forcé, comme la Commission pastorale de la terre au Brésil, ont porté l’affaire devant la justice interaméricaine.

    C’est un sujet qui empoisonne le Brésil depuis de nombreuses années, et, malgré la mise en place de politiques publiques pour éradiquer l’esclavage moderne, le problème persiste. Il s’agit de plaintes déposées entre 1989 et le début des années 2000 et qui n’ont donné lieux à aucune condamnation ni réparation par la justice brésilienne d’où cette volonté de porter ces affaires devant la justice internationale. Les cas qui vont être étudiés à compter d’aujourd’hui par la Cour interaméricaine des droits de l’homme et qui concernent 340 personnes ne sont certes pas nouveaux, mais ils sont représentatifs d’une situation qui reste d’actualité.

    L’esclavage moderne au Brésil est particulier comme l’explique le père Xavier Plassat, coordinateur la Commission pastorale de la terre au Brésil. « Il s’agit dans la généralité des cas de personnes qui travaillent pour un temps déterminé. Ce sont des tâches saisonnières généralement, pour lesquelles on fait venir des travailleurs migrants temporaires, de régions lointaines. Les intermédiaires, ceux qui les font venir, leur font souvent des promesses merveilleuses et, selon le principe bien connu de toute traite humaine, vous avez des promesses trompeuses, un mécanisme d’endettement des personnes se met en place et elles se retrouvent pieds et poings liés aux lieux de leur exploitation ».

    Selon le père Xavier Plassat, entre 1995 et aujourd’hui, 51.000 cas d’esclavagisme moderne auraient été répertoriés. Il estime que 25.000 travailleurs chaque année sont victimes de ce système, des personnes qui ont généralement entre 15 et 30 ans.
    En portant cette affaire devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme, les organisations qui luttent contre ce fléau espère que l’Etat brésilien va prendre la mesure du problème et que la justice brésilienne prononcera enfin des condamnations et réclamera des dommages pour ces dizaines de milliers de victimes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.