GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le président Santos suspend les visites des FARC en Colombie

    media Le président colombien Juan Manuel Santos, le 17 avril 2015 à Bogota. REUTERS/Jose Miguel Gomez

    En Colombie, les négociations de paix avec les Farc sont dans leur dernière ligne droite : l’accord définitif entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et la guérilla marxiste doit être signé d’ici le 23 mars. Mais ce jeudi 18 février, il y a eu un couac : le président colombien a ordonné la suspension des visites en Colombie des négociateurs des Farc, Forces armées révolutionnaires de Colombie, qui lors de leur venue n’auraient pas respecté « les règles du jeu »

    « C’est une violation inacceptable », déclaration d’Humberto de la Calle, le chef de l’équipe de négociation gouvernementale. Les pourparlers se déroulent à Cuba, mais les délégués des Farc ont été autorisés à revenir dans leurs campements en Colombie pour expliquer de vive voix au reste de leurs troupes où en sont les négociations.

    Ils devaient respecter certaines règles – pas de contacts avec la population, pas d’uniformes ni d’armes –, ce qu’ils n’ont manifestement pas fait lors de leur cinquième visite, dans un hameau isolé de la Guajira, dans le nord du pays; selon les images et vidéos diffusées par les médias locaux et sur Twitter, les négociateurs des Farc étaient accompagnés de guérilleros en uniforme et en armes qui distribuaient des tracts aux habitants.

    Après de vives critiques des opposants aux pourparlers de paix, le président colombien a donc suspendu ces visites. D’autant que les tracts distribués plaidaient pour la ratification du futur accord de paix par une assemblée constituante, et c’est justement un des derniers points qui coincent entre les Farc et le gouvernement de Juan Manuel Santos, qui veut soumettre le texte à un référendum.

    Avec ces négociations, qui restent les plus avancées après trois échecs de pourparlers, la Colombie tente de mettre fin à plus de 50 ans de combats internes qui ont fait au moins 220 000 morts et six millions de déplacés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.