GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La Cour suprême des Etats-Unis pourrait basculer politiquement

    media La Cour suprême des Etats-Unis, le 16 février 2016 et le siège du juge Scalia drapé de noir pour lui rendre hommage. REUTERS/Carlos Barria

    Le président Barack Obama doit se rendre ce vendredi 19 février à la Cour suprême des Etats-Unis pour rendre hommage au juge Antonin Scalia, décédé samedi dernier. Le choc généré par la mort de ce juge conservateur a suscité une virulente bataille politique entre le président américain, qui doit proposer le nom d'un nouveau sage, et le Sénat à majorité républicaine, qui doit le ratifier. En effet la couleur politique du successeur d'Antonin Scalia pourrait avoir des répercussions considérables sur la jurisprudence de la plus haute Cour des Etats-Unis et du coup sur la vie des Américains.

    Neuf juges siègent à la Cour suprême. Antonin Scalia, décédé samedi 13 février, était un catholique traditionnaliste et avait incarné tous les jugements conservateurs sur les grandes orientations de la société américaine de ces dernières décennies. Son décès laisse la plus haute instance judiciaire des Etats-Unis avec une parité parfaite de quatre juges conservateurs face à quatre magistrats considérés comme progressistes.

    S'offre alors à Barack Obama une occasion rare de nommer un successeur progressiste au conservateur Scalia. La société américaine pourrait prendre une nouvelle direction. Le droit à l'avortement pourrait être renforcé, tout comme le mariage homosexuel. Les partisans d'un plus grand contrôle des armes à feu pourraient avoir le vent en poupe et les actuelles méthodes de financement des campagnes électorales pourraient être mises en cause.

    Les adversaires du président sont vent debout et ont la possibilité d'entraver la nomination d'un nouveau juge progressiste par le président, puisque ce candidat doit être validé par le Sénat qui est actuellement entre les mains des Républicains. En pleine campagne électorale, les conservateurs exigent donc que le nouveau juge soit nommé par le prochain locataire de la Maison Blanche.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.