GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Visite d'Obama à Cuba: l'occasion de parler des droits de l'homme?

    media Les président cubain et états-unien Raul Castro et Barack Obama, le 9 septembre 2015 au quartier général des Nations unies à New York. AFP PHOTO/MANDEL NGAN

    Barack Obama se rendra à La Havane les 21 et 22 mars en compagnie de son épouse Michèle. Un nouveau pas historique dans la normalisation des relations entre les Etats-Unis et Cuba, puisqu'il s'agit d'une première depuis 1928. Mais si des progrès importants ont déjà été réalisés depuis un an et la reprise des contacts, dans les domaines des affaires et des voyages par exemple, les critiques sur le non respect des droits de l'homme par le régime castriste restent en revanche le sujet le plus sensible du dialogue bilatéral.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    La visite du président américain à Cuba est historique. Mais pour que ce voyage s'inscrive au crédit de Barack Obama, il doit avoir une influence positive dans le domaine des droits de l'homme.

    La Maison Blanche a pesé les arguments, et M. Obama l'a dit lors d'un entretien en décembre : un déplacement à La Havane n'a de sens que si des progrès sont réalisés, et si la possibilité lui est offerte d'entrer en contact avec tous les Cubains.

    Ben Rhodes, artisan du rapprochement Cuba-Etats-Unis dans l'équipe Obama, a mis l'accent sur ce point : « Nous pensons que nous serons en bien meilleure position pour soutenir les droits de l'homme si nous discutons avec les Cubains et si nous posons les problèmes directement. »

    Et ce, « qu'il s'agisse de cas individuels qui nous préoccupent, ou que ce soit dans notre dialogue avec la société civile cubaine. De cette manière, nous parlons haut et fort pour les valeurs qui nous sont chères », précise M. Rhodes.

    C'est la stratégie Obama : la diplomatie et le dialogue pour aplanir les différends. Une stratégie très critiquée par ses opposants républicains, mais soutenue par l'opinion publique aux Etats-Unis.

    Un sondage de l'institut Pew Research estime que plus de 70 % des Etats-Uniens soutiennent non seulement la reprise des relations avec Cuba, mais se prononcent aussi en faveur d'une fin de l'embargo.


    Les «dames en blanc», symbole de la lutte pour les droits de l'homme à Cuba, photographiées lors de l'une de leurs marches hebdomadaires à La Havane en 2010. Reuters / Desmond Boylan

    ■ Chez les dissidents cubains, le scepticisme l'emporte pour l'instant

    Si la plupart des observateurs, à l'aune de la visite de M. Obama à Cuba, parlent déjà d'un moment historique, certaines associations de dissidents cubains installés aux Etats-Unis sont beaucoup plus critiques. Raul Ramon Sanchez est le président du Movimiento Democracia Cuba basé à Miami. Il explique à RFI :

    « Si le président va à Cuba uniquement pour établir un lien avec la dictature cubaine, alors je suis contre cette visite. Mais s'il va à Cuba pour, en plus évidemment d'établir des liens avec le gouvernement castriste, en créer aussi avec le peuple cubain ; s'il se fait l'avocat de leurs droits, en faveur de la réunification de toutes ces familles séparées (plus de 20 % des Cubains vivent à l'étranger) ; et s'il soutient un processus dans lequel Raoul Castro terminerait son mandat et cette dictature vieille de 57 ans par des élections démocratiques, alors ce serait une visite utile et nous la soutiendrions. Mais jusqu'ici, nous n'avons pas vu de signaux forts d'un président américain affirmant que les droits des Cubains sont plus importants que les intérêts des capitalistes américains, qui veulent s'ouvrir un nouveau marché, ou ceux des dictateurs cubains qui veulent la reconnaissance de l'opinion internationale. »

    Autre réaction d'un dissident cubain, mais cette fois-ci dans le pays. Elizardo Sanchez, de l'organisation dissidente Commission cubaine des droits de l'homme, donne son sentiment sur la visite du président américain à La Havane :

    « Cuba ne respecte aucun des droits civils et politiques fondamentaux. Le président Obama va malheureusement visiter un pays où la situation est assez mauvaise dans ce domaine. Il rencontrera sûrement des indépendants, des représentants de la société civile, et notamment des organisations dissidentes, mais c'est presque normal. Lorsque le secrétaire d'Etat John Kerry est venu à Cuba, une rencontre de ce type a déjà été organisée à la résidence du chef de la représentation diplomatique américaine à La Havane. Mais l'objectif central d'Obama, c'est de parler au gouvernement cubain, pour l'encourager à engager de vraies réformes, qui n'ont pas encore eu lieu. L'Union européenne non plus n'a rien obtenu, alors qu'elle s'y essaie depuis de nombreuses années. De notre côté, nous nous préparons surtout à une vague de répression politique à la veille et pendant la visite d'Obama. C'est une méthode typique du gouvernement cubain pour faire taire les voix dissidentes. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.