GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Aujourd'hui
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Sonia Rykiel était connue pour ses vêtement à rayures noires et colorées. Elle fut surnommée la «reine du tricot» dans les années 1970. Sa famille a annoncé son décès à l'AFP.

    Dernières infos
    Amériques

    Bolivie: référendum décisif pour l’avenir politique d’Evo Morales

    media Avec la modification de la Constitution bolivienne, Evo Morales peut espérer obtenir un quatrième mandat en 2019. REUTERS/Alessandro Bianchi

    Ce dimanche se tient un scrutin crucial pour l'avenir politique du président Evo Morales en Bolivie. Un référendum pour modifier la Constitution et permettre, ou pas, au leader indigène de postuler pour un quatrième mandat en 2019. Ces derniers mois, le pays s'est polarisé en pro et anti-« Evo ». Pour ses partisans, Morales est un héros du peuple, mais pour ses détracteurs, c'est un dictateur en puissance qui cherche à tout prix à s'accrocher au pouvoir. Une opposition, de droite comme de gauche, qui espère décrocher enfin une victoire électorale majeure, après dix ans de défaites.

    Avec notre correspondant à La Paz, Reza Nourmamode

    En dix années au pouvoir, Evo Morales a remporté trois élections présidentielles et un référendum révocatoire, avec des scores oscillant entre 54 et 67%.

    Mais le vote de ce dimanche s'annonce beaucoup plus serré. Certains sondages ont donné ces derniers jours le « oui » et le « non » au coude-à-coude autour de 40%, et d'autres ont même affirmé que le « non » avait pris un léger avantage sur le final.

     → A (RE)LIRE : Bolivie: Evo Morales, dix ans au pouvoir, un record dans le pays

    D'après ces enquêtes, le taux d'indécis reste très élevé, autour de 15%. Si le « non » l'emporte, ce serait en tout cas une victoire historique pour l'opposition bolivienne, habituée à enchaîner les défaites électorales depuis dix ans lors de chaque scrutin national majeur.

    Opposition divisée

    La campagne pour le « non » a d'ailleurs été compliquée, avec une opposition extrêmement divisée, qui va des anciens alliés de gauche de Morales à la vieille droite radicale, en passant par un centre-droit libéral. Une opposition qui de plus, manque cruellement de leader charismatique.

    Le camp du « non » a donc choisi de donner l'image d'une campagne citoyenne, très active sur les réseaux sociaux, et a insisté fortement sur plusieurs scandales de corruption et de trafic d'influence révélés ces dernières semaines et qui éclaboussent le pouvoir en place et le président Morales. Une campagne endeuillée lors de violences à El Alto, il y a quelques jours.

    Prospérité et égalité

    Si le « oui » l'emporte, en revanche, Evo Morales pourrait rester potentiellement au pouvoir jusqu’en 2025. Pour convaincre les électeurs, l’ancien syndicaliste paysan a insisté durant la campagne sur les points forts de son bilan : la réussite économique et les mesures en faveur des secteurs les plus défavorisés. Morales a également promis de rendre le pays plus prospère et moins inégalitaire dans les années à venir et a enfin assuré qu’il était le seul à pouvoir empêcher un retour de la droite aux affaires en 2019.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.