GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Février
Samedi 18 Février
Dimanche 19 Février
Lundi 20 Février
Aujourd'hui
Mercredi 22 Février
Jeudi 23 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Grippe aviaire: tous les canards des Landes vont être abattus (ministre)
    • Bernard Cazeneuve, en visite officielle de trois jours en Chine, a demandé à Pékin de s'ouvrir plus aux produits français
    • Attentats: la ville de Paris et l'Ile-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016 (officiel)
    Amériques

    Primaires aux Etats-Unis: quel républicain pour arrêter Trump?

    media Le milliardaire Donald Trump, lors d'un meeting de campagne à Atlanta, en Géorgie, le 21 février 2016. REUTERS/Tami Chappell

    Après sa victoire en Caroline du Sud, suivant celle du New Hampshire, Donald Trump a démontré qu'il pouvait gagner aussi bien dans un Etat à majorité blanche de Nouvelle-Angleterre que dans un Etat beaucoup plus divers du Sud. S'il continue sur sa lancée, l'establishment républicain pourra-t-il l'empêcher d'obtenir l'investiture à la convention de Cleveland en juillet ?

    Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

    « Peut-on arrêter Trump ? », s'interroge le New York Times, alors que NBC news demande « si Trump n'a pu stopper Trump, qui le peut ? ». Le milliardaire continue de mener un peloton qui se réduit au fil des semaines, le dernier abandon étant celui de Jeb Bush. Les caciques du parti qui au début de la campagne avait misé sur l'ancien gouverneur de Floride ont perdu leur meilleur candidat. Il était le seul à n'avoir pas hésité à attaquer de front le magnat new-yorkais.

    Trump plus humble ?

    L'establishment doute que si Trump obtient l'investiture, il puisse être élu en novembre. Il a donc le choix maintenant entre soit appuyer à fond Marco Rubio, ou même avec moins d'enthousiasme Ted Cruz, ou alors à se rallier à Donald Trump. Ce dernier était presque humble ce dimanche 21 février et a annoncé qu'il allait se comporter à l'avenir de façon plus présidentielle.

    Quel autre candidat ?

    Rubio, plus que Cruz, semble le mieux placé pour devenir le candidat du consensus, capable d'unifier la droite ultra et les centristes. Mais il lui faut pour cela commencer à gagner dans certains Etats dont le sien, la Floride, qui vote le 15 mars. Depuis le retrait de Jeb Bush, les donateurs qui l'appuyaient, se sont tournés, carnets de chèque en main, vers le jeune sénateur cubano-américain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.