GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Accueil de migrants: le Canada tient ses promesses

    media A Vancouver, à l'arrivée de la famille d'Aylan Kurdi, l'enfant retrouvé noyé sur une plage turque. REUTERS/Jimmy Jeong

    Conformément à l'engagement pris en fin d'année 2015, le gouvernement canadien a accueilli 25 000 réfugiés syriens. Ils sont arrivés des camps de Jordanie, du Liban et de Turquie entre fin novembre et fin février. Le dernier groupe a touché le sol canadien le 27 février dans la nuit à l'aéroport de Montréal mais les moyens logistiques ne sont pas toujours au rendez-vous.

    Avec notre correspondante à Montréal, Pascale Guéricolas

    Le gouvernement canadien a mis les bouchées doubles pour que 25 000 Syriens trouvent refuge au Canada, non pas fin décembre 2015 comme prévu initialement, mais fin février 2016.

    Plus de la moitié des personnes accueillies jusqu'à présent font l'objet d'un parrainage par des amis, de la famille ou des organismes religieux. Leur installation, leur prise en charge dépendent donc de ces groupes, parfois submergés par l'ampleur de la tâche.

    Par exemple, l'église syriaque de Montréal gère ainsi l'accueil de plusieurs centaines de personnes pour lesquelles il faut trouver des meubles, ou aider à l'inscription des enfants à l'école. Malgré la bonne volonté des bénévoles, les moyens logistiques manquent.

    Les Syriens, pris en charge par l'Etat, prennent conscience de leur côté, de l'ampleur de la tâche pour s'intégrer dans un pays où il faut au minimum parler français ou anglais pour travailler et pouvoir s'intégrer.

    Ces difficultés n'arrêtent pas le gouvernement canadien. Les autorités responsables évoquent le nombre de 12 000 autres réfugiés syriens à accueillir d'ici la fin de l'année.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.