GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: Super Tuesday, vers un duel Trump - Clinton?

    media Un éventuel duel entre Donald Trump et Hillary Clinton au Super Tuesday ? REUTERS/Adrees Latif/Jonathan Ernst/Philip Sears

     C’est à la Une du Washington Post: Chez les Républicains, le « Super Tuesday » est un super sprint. Dans les starting-blocks : deux coureurs deux sénateurs, Ted Cruz et Marco Rubio. Ils ont entamé un sprint effréné pour dépasser Donald Trump, titre le journal. Avec chacun sa propre stratégie. « Marco Rubio tente de réunir toutes les forces conservatrices anti-Trump derrière lui. Ted Cruz mise sur une victoire dans son fief l’Etat de Texas », écrit le Washington Post. « La fatigue se lit sur leurs visages, mais ils continuent à faire campagne comme s’ils se préparaient à passer un examen ». Il n’empêche : tous les sondages laissent supposer une écrasante victoire pour Donald Trump.

    Au Texas, l’angoisse des sympathisants de Ted Cruz
     
    Hier lundi 29 février 2016, le sénateur ultraconservateur a rassemblé ses sympathisants à Houston, écrit le Dallas Morning News. L’accueil a été plus que chaleureux, normal, « Ted Cruz joue à domicile ». Mais certains partisans se montrent toutefois inquiets « Je ne comprends pas tous ces gens qui votent pour Trump, c’est Cruz qu’il faut envoyer à Washington », explique par exemple Sherry Hunter, une employée d’église, au reporter de Dallas Morning News.
    Et si le Super Tuesday n’était pas si super que cela pour la course à l’investiture républicaine ? C’est toujours le Dallas Morning News qui pose cette question. Car voilà le scénario auquel on peut s’attendre, selon le journal : Ted Cruz remporterait les primaires au Texas ce qui lui permettrait de rester dans la compétition. Marco Rubio, lui, pourrait rassembler suffisamment de délégués pour justifier la poursuite de sa campagne. Il faut dire que si un autre candidat que Trump avait déjà remporté trois élections sur quatre, les primaires seraient déjà terminées. Mais d’un autre côté, si un autre candidat que Trump avait pesté contre les immigrés et refusé de se désolidariser avec un ancien membre du Ku Klux Klan, il aurait été placé en orbite. Mais, conclue le Dallas Morning News, « Trump is Trump ».
     
    Hillary Clinton cible désormais Donald Trump
     
    Côté démocrate on commence déjà à se préparer à un éventuel duel entre l’homme d’affaires et Hillary Clinton. Le New York Times nous apprend que l’entourage de l’ancienne première dame prépare déjà un plan de bataille pour affronter Donald Trump. D’après le Boston Globe, Hillary Clinton a en effet changé de stratégie. Lors de son dernier meeting avant le Super Tuesday, elle n’a plus prononcé le nom de son rival Bernie Sanders. Clinton se prépare déjà pour la campagne après les primaires, écrit le journal, en commençant à cibler son probable futur adversaire, à savoir Donald Trump. D’après le quotidien canadien Le Devoir, on assiste effectivement à la dernière bataille avant la guerre. « Les 12 États qui se prononcent en ce super mardi pourraient bien désigner l’identité des deux candidats qui s’affronteront en vue de reprendre les clés de la Maison-Blanche à Barack Obama. Et les astres s’alignent et indiquent un duel de New-Yorkais : Donald Trump et Hillary Clinton ».
     
    Trump inquiète les Mexicains
     
    DansLa Jornada, le dessinateur Hernandez nous présente le milliardaire américain en tenue de nazi avec une petite moustache sous le nez, jouant avec un globe. « Rêve de dictateur », peut-on lire en bas du dessin. Ces derniers jours, deux anciens présidents mexicains s’en étaient vivement pris à Donald Trump. « Quels hypocrites », s’exclame un responsable de Morena, parti de gauche dans les colonnes de La Razon. « Si ces deux ex-présidents n’avaient pas conduit une mauvaise politique, des milliers de Mexicains n’auraient pas été obligés de quitter le pays. Et un autre dirigeant de Morena de tempérer : « Le destin du Mexique ne dépendra pas de la personne qui gagnera les élections américaines. Si on veut améliorer la situation des Mexicains, on doit agir ici au Mexique »
     
    L’Argentine règle son litige avec les fonds « vautours »
     
    « And the winners are… » titre ce matin Pagina 12: les fonds spéculatifs ! Pour le quotidien argentin l’Etat a accepté les demandes du principal fond dit vautour qui bloquait toute résolution du problème depuis 14 ans. NML, qui appartient à Paul Singer, a accepté la proposition de Buenos Aires, ce qui ouvre la voie à un règlement définitif du problème selon le médiateur américain Daniel Pollack. Reste aux autres fonds à accepter aussi les solutions avancées par le gouvernement argentin. Un problème qui date de la crise argentine de 2001/2002 et qui empoisonnait les relations de ce pays avec le FMI, la Banque Mondiale et d’autres acteurs économiques rappelle Clarin.
     
    L’accord scellé hier prévoit le versement de 75 % de la valeur des bons détenus par ces fonds, soit 6,5 milliards de dollars, détaille La Nacion. Pour qu’il soit désormais effectif, le parlement argentin doit l’approuver et abroger deux lois. Une autre bataille pour le nouveau Président Mauricio Macri prévient El Dia puisque le chef d’Etat n’y détient pas la majorité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.