GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 11 Décembre
Lundi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: les titres originaux de la presse américaine après le Super Tuesday

    media Hillary Clinton et Donald Trump sont donnés vainqueurs aux primaires démocrate et républicaine dans plusieurs Etats du «Super Tuesday», le 2 mars 2016. REUTERS/David Becker/Nancy Wiechec/Files

    « Super Surge », « super hausse pour Trump et Clinton » titre USA Today, avec deux photos en médaillons des deux vainqueurs de ce Super Tuesday. « Trump et Clinton à la fête après le vote de douze Etats » peut-on lire en Une du New York Times. Politico, le site d’information, plutôt centriste même si ce terme n’existe pas aux Etats-Unis, a fait son choix avec ces trois mots « Super Trump Day ». « Le nabab de l’immobilier » comme le surnomme Politico remporte des victoires décisives dans sept Etats, alors que Cruz en remporte trois et Marco Rubio sauve la face en remportant le Minnesota. La chevauchée de Donald Trump qui doit le mener à l’investiture républicaine en juillet prochain continue estime ainsi la revue politique. Le New York Post, un tabloïd qui ne fait habituellement pas dans la dentelle, titre quant à lui « Don Teflon », c’est-à-dire « Monsieur Teflon » référence faite à la résistance de Donald Trump face aux attaques : « cet homme est capable d’encaisser tous les coups » nous explique le quotidien new-yorkais qui publie également un article expliquant comment Ted Cruz et Marco Rubio peuvent encore damer le pion au milliardaire new-yorkais.

    L’analyse de cette nouvelle victoire de Donald Trump

    Le Washington Post est clair : « Pour l’establishment du parti républicain, ce super Tuesday restera comme une nuit cauchemardesque ». La fenêtre pour empêcher l’ascension de Donald Trump s’est refermée la nuit dernière estime le quotidien, même si en filigrane, il donne encore deux semaines aux caciques du parti pour tenter d'enrayer la machine Trump. Mais les forces anti-Trump au sein des républicains n’ont, selon le journal, aucune stratégie pour freiner le milliardaire et les mauvais résultats de Marco Rubio, qui aurait pu devenir le candidat des modérés républicains, laissent désormais présager le pire prévient le Washington Post. Et ce, malgré le discours plus modéré qu’a tenu Donald Trump une fois les résultats connus. Un Donald Trump qui a félicité Ted Cruz pour ses victoires, chose inhabituelle, et qui n’a ni été grossier, ni machiste, ni raciste.
    Côté démocrate : Bernie Sanders limite la casse, même si Hillary Clinton remporte 7 Etats sur 11
    C’est ce que laisse entendre certains membres de l’équipe de campagne du candidat à la primaire démocrate, dans les pages du New York Times. Selon eux, ce Super Tuesday était le virage le plus difficile à négocier et en remportant quatre Etats, et même si en terme de délégués il est loin du compte, Bernie Sanders a su conserver toutes ses chances dans la course à l’investiture. Il va même pouvoir lever de nouveaux fonds pour poursuivre l’aventure.
    Reste qu’avec mille un délégués contre trois cents soixante et onze pour Sanders, Hillary Clinton est désormais en position de force. Un avantage qui va s’accentuer dans les semaines à venir selon le New York Times qui estime que les prochains scrutins devraient être favorables à l’ancienne secrétaire d’Etat, malgré son éternel problème avec la jeunesse américaine, qui reste tournée vers le candidat dit « socialiste » du parti démocrate.
    Au Venezuela, la justice décide de limiter les pouvoirs de l’Assemblée nationale
    Aux mains de l’opposition depuis les dernières élections législatives, l’Assemblée nationale vénézuélienne a vu ses pouvoirs amputés,mardi 1 mars 2016, par une décision du Tribunal suprême de justice. Le Parlement ne peut désormais plus contrôler que l'exécutif, et perd son droit de contrôle sur le pouvoir judiciaire, électoral et citoyen nous détaille El Nacional. Une décision qui confirme la véritable guerre institutionnelle entre le gouvernement chaviste de Nicolas Maduro et l’opposition qui, par le biais de ce Parlement, souhaitait mettre un terme aux politiques menées par le Président. « Une décision qui viole la Constitution » n’a pas hésité à dire Henry Ramos Allup, le président du Parlement, durant une session où cette assemblée a approuvé un rapport recommandant justement la révocation de trente-quatre magistrats de ce Tribunal suprême et une réforme des lois qui régissent son fonctionnement, nous explique le quotidien.
    Nouveau rebondissement en Argentine dans l’affaire Nisman
    Souvenez-vous, Alberto Nisman, c’est ce juge retrouvé mort chez lui il y a un peu plus d’un an alors qu’il enquêtait sur l’attentat commis en 1994 contre l’AMIA, un centre culturel juif à Buenos Aires, qui avait fait quatre-vingt-quatre morts. Avant de mourir, il venait d’annoncer qu’il allait exposer devant la Parlement les preuves démontrant ses accusations à l’encontre de Cristina Kirchner, qui aurait selon lui couvert les véritables auteurs de l’attentat. Suicide ou assassinat ? La question divise depuis le pays rappelle La Nacion.

    Hier, la juge en charge de l’enquête s’est déclarée incompétente et a décidé de remettre le dossier à la justice fédérale. Une décision qui fait suite à l’audition pendant seize heures d’Antonio Stuiso, l’ancien directeur des renseignements argentins, très proche d’Alberto Nisman. Ce dernier aurait notamment affirmé qu’un groupe proche du précédent gouvernement aurait donné l’ordre pour qu’on l’assassine. Un énième rebondissement qui continue à alimenter la presse et qui ne permet toujours pas d’y voir plus clair dans cette affaire décidément interminable.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.