GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 11 Décembre
Lundi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Après le «Super Tuesday», Clinton oriente ses attaques vers Trump

    media Hillary Clinton lors de son meeting new-yorkais, le 2 mars 2016. REUTERS/Lucas Jackson

    Hillary Clinton était à New York, mercredi, pour son premier meeting depuis sa large victoire lors des primaires du «Super Tuesday». La candidate n'a jamais mentionné le nom de Donald Trump, désormais son principal concurrent à la course à la Maison Blanche, mais ses attaques étaient principalement dirigées contre lui.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    C'est la voix éraillée par les multiples meetings de campagne qu'Hillary Clinton s'est présentée devant 5000 New-Yorkais, venus l'applaudir à quelques blocs du complexe immobilier de son grand rival, Donald Trump. Confortée par sa solide victoire lors des primaires du « Super Tuesday », la candidate démocrate se pose en rassembleuse et réserve ses piques au milliardaire, moquant par exemple son idée de construire un mur à la frontière mexicaine : « Au lieu de construire des murs, on devrait plutôt briser les barrières qui empêchent les familles et notre pays d'avancer. »

    Premier obstacle à dépasser pour la candidate qui n'hésite plus à porter son discours très à gauche, sur le terrain de son rival démocrate Bernie Sanders : l'augmentation du salaire minimum.

     ► A (RE)ECOUTER : Primaires aux Etats-Unis: qui arrêtera Clinton et Trump? (Décryptage)

    « La classe moyenne a besoin d'une augmentation [de ses revenus], a déclaré l'ex-secrétaire d'Etat. Je suis la seule candidate à avoir dit que j'allais augmenter les revenus mais sans taxer plus la classe moyenne. »

    Soutiens locaux

    Dans le public, composé essentiellement de travailleurs et de membres des syndicats, le discours fait mouche. D'autant plus à New York où le coût de la vie est prohibitif. « Avec l'inflation dans l'ensemble des Etats-Unis, c'est vraiment difficile de vivre [en étant payé) seulement 8 ou 9 dollars par heure. Un salaire minimum de 15 dollars serait bien plus juste... »

    New York se prononcera le 19 avril prochain pour son candidat favori. Mais Hillary Clinton a peu de souci à se faire dans cette circonscription où le maire Bill de Blasio et le gouverneur de l'Etat de New York soutiennent sa candidature.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.