GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Primaires républicaines: Mitt Romney sans pitié pour Donald Trump

    media Mitt Romney lors de son discours, ce jeudi 3 mars, dans l'Utah, aux Etats-Unis. REUTERS/Jim Urquhart

    L'ex-candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney a très durement attaqué, ce jeudi 3 mars, Donald Trump. Il l'a notamment accusé de « malhonnêteté », « misogynie » et « cupidité ». Mitt Romney a même qualifié le milliardaire d'« escroc » et de « charlatan ».

    C'est l'attaque la plus dure de l'establishment républicain à l'égard de Donald Trump. L'ex-candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney s’en est pris, ce jeudi 3 mars, au candidat favori pour remporter l’investiture républicaine. Il a accusé Donald Trump de « malhonnêteté », « misogynie » et « cupidité ».

    Ce discours de Mitt Romney sonne le coup d'envoi d'une vigoureuse campagne de résistance des conservateurs profondément inquiets de la possible investiture du milliardaire.

    Une candidature de Donald Trump à la Maison Blanche « permettrait » une victoire de la démocrate Hillary Clinton, a assuré Mitt Romney lors d'un discours dans l'Utah.

    Donald Trump est « un escroc, un charlatan », a-t-il martelé à plusieurs reprises. « Laissez-moi le dire clairement, si nous républicains, choisissons Donald Trump comme candidat, les chances d'un avenir sûr et prospère seront profondément amoindries », a lancé Mitt Romney.

    « Il a hérité de son empire, il ne l'a pas construit lui-même »

    « Je comprends la colère des Américains aujourd'hui », a-t-il souligné. Mais alors que par le passé les présidents américains « ont transformé cette colère en énergie employée pour le bien », Donald Trump « dirige notre colère vers des objectifs loin d'être nobles. Il fait des musulmans et des immigrés mexicains des boucs émissaires, il appelle à employer la torture et à tuer les enfants et les proches innocents des terroristes », a-t-il dénoncé.

    « Prenons l’économie, si les propositions de Donald Trump étaient appliquées, le pays plongerait dans une récession prolongée, a assuré Mitt Romney. Vous allez me dire: Trump n’est-il pas un homme d’affaires avisé qui sait de quoi il parle ? Eh bien non, il ne l’est pas, il ne sait pas de quoi il parle. Regardez les faillites de ses groupes qui ont anéanti les petites entreprises et les hommes et femmes qui y travaillaient ».

    « Il a hérité de son empire, il ne l'a pas construit lui-même, a asséné l’ancien candidat républicain à la présidentielle. Qu’est-ce que sont devenues ses entreprises comme sa compagnie aérienne ? Trump vodka ? Trump steaks ? Non, il n’est vraiment pas un génie des affaires. »

    Avant même ce discours, le milliardaire Donald Trump avait répondu par le mépris aux attaques annoncées de Mitt Romney, le qualifiant de « loser » parce qu'il avait perdu en 2012 face à Barack Obama. « Pourquoi Mitt Romney m'avait-il supplié de le soutenir il y a quatre ans ? », a-t-il ironisé sur Twitter.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.