GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Février
Samedi 25 Février
Dimanche 26 Février
Lundi 27 Février
Aujourd'hui
Mercredi 1 Mars
Jeudi 2 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Afghanistan: onze policiers ont été tués par un collègue lié aux talibans (responsables)
    • Japon: séisme de magnitude 5,6 dans le nord-est du pays. Pas de risque de tsunami, a précisé l'agence de météorologie japonaise
    • France: l'Insee confirme une croissance de 1,1% dans le pays en 2016
    • Malaisie: deux femmes inculpées pour l'assassinat de Kim Jong-nam
    • Corée du Sud: l'héritier de l'empire Samsung mis en examen pour corruption (enquêteurs)
    • Etats-Unis: de hauts gradés en retraite demandent au président Trump de ne pas réduire le budget consacré à la diplomatie (CNN)
    Amériques

    Zika: nouvelle étude sur la transmission du virus

    media Le moustique «Aedes aegypti» est le vecteur du Zika. REUTERS/Paulo Whitaker

    Les recherches sur les raisons de la propagation très rapide du virus Zika en Amérique latine et aux Caraïbes continuent. Une dernière étude publiée chez PLOS Neglected Tropical Diseases porte sur la compétence des moustiques américains à transmettre le virus Zika.

    Le moustique « Aedes aegypti » est le vecteur de la dengue, du chikungunya et de Zika. Pourtant, le cycle observé chez l’insecte pour le virus Zika semble plus sophistiqué que pour celui de ses cousins.

    « Nous avons mis en évidence que ces moustiques s’infectaient, que le virus est capable de franchir les différentes barrières anatomiques à l’intérieur du moustique et se retrouver au niveau de sa salive, explique l’entomologiste Anna Bella-Failloux, spécialiste de ces virus à l’Institut Pasteur. Néanmoins, la proportion de moustiques capables de transmettre le virus est relativement faible par rapport à ce qu’on obtenir avec d’autres virus et notamment avec le virus chikungunya. Par exemple, pour le virus chikungunia, avec les mêmes moustiques, il faut entre 2 et 4 jours pour que des virus soient détectés au niveau de la salive du moustique après l’infection. Pour le virus Zika il faut plus de 14 jours. »

    « Par rapport à cette étude, on peut suggérer que c’est surtout l’importance de la population humaine qui vit à proximité d’une forte densité de moustiques, notamment "Aedes aegypti", qui peut à elle seule expliquer la diffusion rapide de ce virus en Amérique », rajoute l’entomologiste.

    Les moustiques étudiés ont été collectés dans 26 pays infectés par le Zika : au Brésil, aux Etats-Unis, dans les îles des Caraïbes, en Martinique, en Guadeloupe ou encore en Guyane française.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.