GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Aujourd'hui
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Primaires américaines: malgré des victoires, Cruz et Sanders sont loin derrière

    media le candidat républicain Ted Cruz lors d'un discours à Wichita, dans le Kansas, qu'il a remporté avec le Maine lors des caucus du samedi 5 mars. REUTERS/Dave Kaup

    Le sénateur du Texas Ted Cruz a remporté deux victoires, samedi 5 mars lors des caucus républicains du Kansas et du Maine, mais l'électron libre Donald Trump l'a battu dans le Kentucky et surtout en Louisiane. Chez les démocrates, Bernie Sanders a remporté deux rounds contre Hillary Clinton (Kansas, Nebraska), mais là encore, cette dernière a gagné la Louisiane, ce qui conforte son avance.

    Samedi, les républicains ont voté dans des caucus au Kansas, dans le Kentucky, dans le Maine, et une primaire a eu lieu en Louisiane, Etat qui promettait d'offrir le plus de délégués dans cette soirée électorale des deux côtés.

    Car les démocrates ont également désigné leurs délégués en Louisiane. En revanche, ils n'ont voté ni dans le Maine, ni dans le Kentucky, mais des caucus ont eu lieu dans le Nebraska et dans le Kansas.

    Verdict des urnes : les résultats n'ont pas vraiment changé la donne. Donald Trump et Hillary Clinton conservent leur position de favori dans chaque parti, même si pour certains de leurs compétiteurs, la soirée n'a pas été mauvaise non plus.

    Victoires en trompe-l'œil pour Sanders face à Clinton

    Côté démocrate, le socialiste Bernie Sanders a remporté deux victoires, dans le Kansas et le Nebraska. « C'est officiel: @BernieSanders gagne le Kansas », a sobrement tweeté l'antenne locale du Parti démocrate, avant de féliciter le candidat en faisant référence à son slogan de campagne, « Feel the Bern ».

    Mais Hillary Clinton, sortie considérablement renforcée du « Super Tuesday » la semaine dernière, a encore conforté son avance, en battant Bernie Sanders en Louisiane. Un Etat où elle a de nouveau pu compter sur le soutien de la communauté noire.

    L'ancienne Première dame du pays, par ailleurs ancienne sénatrice et secrétaire d'Etat, bénéficie déjà pratiquement de la moitié des délégués dont elle a besoin pour obtenir l'investiture lors de la Convention démocrate de juillet prochain.

    Trump remporte la seule consultation ouverte du jour

    L'antenne locale du Parti républicain a pour sa part annoncé samedi que Ted Cruz s'était facilement imposé dans le Maine devant Donald Trump, précisant que les deux autres candidats, le gouverneur de l'Ohio John Kasich et le sénateur de Floride Marco Rubio, étaient largement distancés.

    L'ultra-conservateur a également empoché une large victoire dans le Kansas, où il a obtenu 48,2 % des suffrages lors des réunions électorales contre 23,3 % pour Donald Trump, qui avait pourtant été donné gagnant dans les sondages dans cet Etat du centre des Etats-Unis.

    Le magnat de l'immobilier, s'il a concédé deux défaites, a toutefois enregistré deux victoires supplémentaires, en remportant le Kentucky et, plus important encore, la Louisiane. Match nul, donc, et un duo de plus en plus clairement installé dans cette élection primaire.

    Vers un tête-à-tête Cruz-Trump du côté du Parti républicain

    Donald Trump s'est d'ores et déjà réjoui de pouvoir affronter bientôt Ted Cruz mano a mano : « J'adorerai un duel avec Ted, ce serait tellement amusant, parce que Ted ne peut pas gagner à New York, il ne peut pas gagner au New Jersey, il ne peut pas gagner en Pennsylvanie, ni en Californie. J'adorerai un duel avec Ted », a-t-il déclaré.

    Le magnat de l'immobilier a par ailleurs minimisé la présence de Marco Rubio dans la course, déclarant qu'il devrait abandonner. Et il est vrai que pour le sénateur de Floride, les résultats du jour sont humiliants, car il a fini troisième partout. Il joue sa dernière carte le 15 mars dans son Etat. S'il perd, Ted Cruz restera le seul challenger sérieux de Donald Trump.

    Au total, Donald Trump a désormais 378 délégués, contre 295 pour Ted Cruz, 123 pour Marco Rubio et 34 pour John Kasich. Hillary Clinton bénéficie du soutien de 1 121 délégués, contre 479 pour Bernie Sanders.


    ■ Chez les républicains, on se prépare déjà à une Convention agitée

    Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

    La Convention républicaine doit se tenir du 18 au 21 juillet à Cleveland, dans l'Ohio, l'Etat dont le gouverneur est John Kasich, l'un des candidats à la présidence. En raison des divisions profondes qui règnent au sein du parti entre les différentes mouvances, la ville-hôte se prépare à des manifestations violentes.

    Cleveland, comme Philadelphie qui accueillera les démocrates la semaine suivante, a reçu 50 millions de dollars du gouvernement fédéral pour assurer la sécurité pendant la Convention républicaine. Selon le maire, 30 millions seront consacrés aux frais de personnel : près de 4 000 policiers supplémentaires viendront renforcer les effectifs réguliers, qui s'élèvent normalement à environ 1 200.

    Les 20 millions de dollars restant permettront d'acheter de l'équipement anti-émeutes, dont 2 000 uniformes de protection avec armure et casque, et des matraques, 300 bicyclettes, 15 motos et deux fourgons pour chevaux. La ville veut aussi louer près de 5 km de barrières pour contrôler la foule. En 2004, il y avait eu 100 000 manifestants à la Convention républicaine de New York, mais un millier seulement en 2012 à Tampa.

    Toutefois, cette année, en raison du schisme qui se dessine entre les partisans du favori Donald Trump et l'establishment, il pourrait y avoir des tensions violentes entre les deux groupes, surtout si les partisans du magnat de l'immobilier ont l'impression que leur candidat a été victime d'un complot pour le priver de l'investiture.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.