GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Aujourd'hui
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Mystérieuse disparition pour une trentaine de mineurs clandestins au Venezuela

    media «Nous voulons la justice pour nos frères mineurs», «que la mort des mineurs massacrés ne reste pas impunie». Manifestation à Tumeremo, dans l'Etat vénézuélien de Bolivar, le 7 mars 2016. REUTERS/Stringer

    Grande incertitude au Venezuela concernant le sort de 28 mineurs portés disparus dans le sud-est du pays. Ces mineurs - clandestins - intervenaient dans une mine de l'Etat de Bolivar. Selon certains de leurs proches, ils auraient été assassinés. Une enquête a été ouverte dimanche 6 mars par le ministère public, pour faire toute la lumière sur cette affaire.

    Avec notre correspondant à Caracas,  Julien Gonzalez

    Depuis vendredi, les familles de 28 mineurs sont sans nouvelles de leurs proches, qui travaillaient dans la mine « Atenas », à proximité du village de Tumeremo.

    Rapidement, la tension est montée aux abords de la mine. Plusieurs personnes ont en effet manifesté tout le week-end, bloquant une route nationale, et réclamant la vérité. 

    Pour l'instant, c'est version contre version. Selon des familles et hommes politiques, ces disparus auraient été tués. Un témoignage parle notamment de « corps dépecés ».

    De son côté, le député d'opposition de l'Etat de Bolivar, Americo De Grazia, s'inquiète sur son compte Twitter de ce que la situation puisse être « similaire au massacre des 43 étudiants au Mexique en 2014 ».

    En face, les autorités ont démenti tout présumé massacre : une « information de la droite qui cherche à terroriser la population ». Ce lundi, le gouverneur de l'Etat de Bolivar a précisé qu'il pourrait s'agir d'un affrontement entre bandes armées.

    « D'importantes recherches ont lieu depuis ce samedi », a déclaré le gouverneur, membre du parti du président Nicolas Maduro, tout en affirmant qu'aucun élément « indiquant la mort d'une personne n'a pour l'instant été trouvé ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.