GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: Lula rejette les accusations de blanchiment d’argent

    media L'ancien président Lula lors d’une réunion avec les sénateurs du Parti du mouvement démocratique brésilien à Brasilia, le 9 mars 2016. REUTERS/Adriano Machado

    Au Brésil, le scandale de corruption qui touche Petrobras, la compagnie nationale de pétrole, a connu un nouveau rebondissement le 9 mars, avec les accusations portées contre l’ancien président Lula. Interrogé durant trois heures la semaine dernière, Luis Iñacio Lula da Silva est soupçonné de blanchiment d’argent. Des accusations qu’il rejette.

    L’ancien président brésilien est soupçonné d’avoir dissimulé un appartement de luxe à Guaruja, une ville située dans l’Etat de São Paulo. Mais, Lula da Silva dément : il ne possède aucun bien immobilier dans cette ville.

    Son avocat réitère cette version, après l’annonce de sa mise en examen. Vendredi dernier, Lula a été interrogée notamment sur cette propriété. Une audition qui, selon les procureurs en charge du dossier, a permis de recueillir des indices. Résultat : l’ancien chef d’Etat et son institut avaient bénéficié de nombreuses faveurs d’entreprises impliquées dans le scandale Petrobras.

    L’appartement en question est un triplex construit par le groupe OAS dont le nom revient régulièrement dans ce scandale. L’enquête « lavage rapide » qui tente de mettre au jour le système très opaque de corruption entre Petrobras et les grandes entreprises de travaux publics au Brésil menace donc désormais directement Lula, mais également sa femme et l'un de ses fils.

    → A(RE)LIRE : Brésil: gardé à vue, Lula réagit, Rousseff dénonce une interpellation « inutile »

    Selon la presse brésilienne, le parti des travailleurs (PT) de Lula et Dilma Rousseff fait désormais pression pour que l’ancien président entre dans le gouvernement et puisse bénéficier d’une immunité judiciaire. Si tel était le cas, seule la Cour suprême brésilienne serait habilitée à l’entendre.

    La dénonciation du parquet de São Paulo a été transmise à un tribunal local. Celui-ci décidera s’il donne suite ou non aux demandes de poursuites pénales contre celui qui reste encore considéré comme une icône dans son pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.