GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 3 Juillet
Lundi 4 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Euro 2016: le Pays de Galles a battu la Belgique (3-1) et rencontrera le Portugal en demi-finale le 6 juillet
    Dernières infos
    Amériques

    Le Premier ministre canadien Justin Trudeau reçu à la Maison Blanche

    media Le Premier ministre Justin Trudeau, lors d'une conférence de presse à Ottawa, le 8 février 2016.

    Pour la première fois depuis dix-neuf ans, un Premier ministre canadien va être reçu à la Maison Blanche par le président américain lors d’un grand dîner officiel. Après Pierre-Elliot Trudeau dans les années 70, son fils Justin Trudeau va prendre place, ce jeudi 10 mars, à la table d’honneur de Barack Obama, accompagné de son épouse Sophie Grégoire. L’occasion d’échanger sur plusieurs dossiers avec le président sortant, mais aussi de mettre le Canada à l’honneur, car les relations avec le prédécesseur de M.Trudeau étaient plutôt fraîches.

    De notre correspondante à Québec

    Ce n’était pas le grand amour entre Barack Obama et l’ancien Premier ministre canadien, Stephen Harper, qui n’a pas apprécié le refus du président américain de laisser passer aux Etats-Unis le pipe-line Keystone (qui devait acheminer du pétrole canadien vers le golfe du Mexique).

    Justin Trudeau arrive, lui, à Washington, en presque en terre conquise. Depuis son élection cet automne, le Premier ministre de 44 ans jouit d’une véritable image glamour chez nos voisins du sud. On l’a vue enlacer tendrement son épouse dans Vogue, on l’a entendu à la célèbre émission d’information américaine « 60 minutes » évoquer l’accueil de 25 000 réfugiés syriens au Canada et l’investissement public pour relancer l’emploi. Tout semble sourire au chef de ce parti que certains analystes américains osent comparer à Kennedy, et les billets pour les activités lors de sa visite à Washington s’envolent comme des petits pains chauds.

    Fluidifier le passage frontalier

    Premier partenaire commercial du Canada, les États-Unis jouent un rôle déterminant dans la vie économique canadienne, et la frontière entre les deux pays constitue donc un élément central de cette relation. Il y a donc de grandes chances que les deux  hommes évoquent les moyens à mettre en place pour faciliter le passage entre les pays, tant pour les passagers que pour les marchandises.

    À la suite des attentats de 2001, la sécurité s’est renforcée. Cela a eu un impact négatif sur la fluidité des échanges. Il est aujourd’hui question d’un accord sur la frontière qui permettrait de réduire le temps d’attente. Le Canada et les Etats-Unis pourraient disposer d’un système commun d’entrées et de sorties du territoire. Avec de telles facilités, les vérifications douanières pourraient être même effectuées en usine, avant même que les camions ne partent vers les Etats-Unis ou le Canada pour transporter les marchandises. Les contrôles d’identité se feraient pour leur part au départ du train, histoire de ne pas ralentir le trafic.

    Les alternatives à l'or noir sur la table à manger
     
    L’environnement devrait figurer également au menu de ce dîner d’honneur. Les changements climatiques, c’est un peu la marque de commerce de Justin Trudeau qui veut prendre ses distances avec l’image très pétrolière du Canada telle que définie par son prédécesseur Stephen Harper.

    Il sera donc sans doute question de moyens communs mis en place pour réguler les émissions de méthane sur le carburant, une des principales sources de pollution de l’air en Amérique du Nord.

    Le président américain et son homologue canadien vont discuter aussi des alternatives au pétrole dans le nord du Canada et dans l’Alaska. En effet, faute d’électricité disponible, beaucoup de communautés dans cette région du monde ont recours à des génératrices polluantes. Peut-être pourrait-on les remplacer par des panneaux solaires ou des éoliennes.

    Autant de sujets à discuter entre la poire et le fromage pour un président américain sortant, et un élu canadien en pleine ascension. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.