GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Présidentielle au Pérou: la mise à l’écart de deux candidats confirmée

    media Des partisans de Julio Guzman ont manifesté contre la décision du Tribunal électoral, le 4 mars 2016 à Lima. Fuente: Reuters.

    La justice électorale péruvienne vient de confirmer la mise à l’écart de deux candidats pour l’élection présidentielle prévue pour le 10 avril juin. Le centriste Julio Guzman, qui faisait jusqu’ici la course en deuxième position, ne pourra donc pas se présenter. Cela laisse un boulevard à Keiko Fujimori, la fille de l’ancien président Alberto Fujimori, actuellement en prison.

    Selon le verdict du Tribunal national électoral, le parti «Tous pour le Pérou» a manqué à ses propres règlements dans son processus de désignation de Julio Guzman. L'économiste de 45 ans, quasi inconnu des Péruviens il y a encore quelques mois, avait surpris en se hissant à la deuxième position des intentions de vote, capitalisant sur le ras-le-bol - surtout chez les jeunes - de la classe politique. Il avait d'ailleurs estimé en première instance que sa mise à l'écart revenait à une « fraude anticipée », fruit d’un « système corrompu ».

    Le millionnaire et ancien gouverneur Cesar Acuna est lui coupable d'avoir distribué de l’argent à des marchands de rues et à un jeune handicapé lors d’un meeting. « Un geste humanitaire » selon le candidat, « une conduite interdite » pour le Tribunal. Cesar Acuna, était en septième position après avoir été un temps troisième dans les sondages.

    En tout cas, la mise à l’écart de Julio Guzman est une bonne nouvelle pour Keiko Fujimori, déjà créditée de plus de 34% des intentions de vote. Son père, Alberto Fujimori, président autoritaire du pays dans les années 90, purge actuellement au Pérou une peine de 25 ans de prison pour corruption et violation des droits de l’homme.

    Julio Guzman et Cesar Acuna peuvent une nouvelle fois faire appel, mais selon les spécialistes ils auraient là encore peu de chance d’être entendus.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.