GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Mai
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Scandale Petrobras: un dimanche sous haute tension pour Dilma Rousseff

    media Lors de précédentes manifestations, en mars 2015, les Brésiliens n'avaient pas hésité à demander la destitution de la présidente Dilma Rousseff. REUTERS/Paulo Whitaker

    De grandes manifestations sont prévues ce dimanche au Brésil pour appeler à la démission de Dilma Rousseff. Une protestation nationale à l’appel de l’opposition. La présidente brésilienne est empêtrée dans le scandale de corruption Petrobras et une crise politique majeur. Sans compter qu’elle risque de perdre son principal allié au Parlement, qui était réuni en congrès, ce samedi 12 mars.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

    C’est un dimanche à haut risque pour la présidente brésilienne. L’opposition veut obtenir sa démission. Elle a convoqué tous les mécontents du gouvernement de Dilma Rousseff à manifester et promet plus d’un million de personnes dans les rues de Sao Paulo, la capitale économique. Des manifestations sont aussi prévues un peu partout dans le pays.

    Menacée par une procédure de destitution, au plus bas dans les sondages, Dilma Rousseff a pris les devants vendredi 11 mars en affirmant qu’elle n’allait pas démissionner. Mais sa situation devient de plus en plus intenable. Son parti, le PT (Parti des travailleurs), est impliqué dans le scandale de corruption Petrobras et son mentor, le charismatique, Lula, visé par deux procédures judiciaires. Dilma Rousseff est aussi sur le point de perdre son indispensable allié au Parlement, le PMDB (parti du mouvement démocratique brésilien), le grand parti centriste.

    Lors de son congrès très attendu ce samedi, ses dirigeants ont décidé de se donner un mois pour annoncer leur rupture ou non avec Dilma Rousseff. L’incertitude demeure. Le Brésil est au coeur d’une crise politique majeure. Le risque de confrontation ce dimanche pèse sur ces manifestations. Dilma Rousseff a demandé à ce qu’elles se déroulent sans violence.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.