GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Aujourd'hui
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: mini Super-Tuesday aux Etats-Unis

    media Les partisans de Marco Rubio espèrent encore arrêter l'avancée de Donald Trump. RFI/Anne-Maris Capomaccio

    A la Une: mini Super-Tuesday aux Etats-Unis

    « Ce mardi représente la dernière chance pour les trois rivaux encore en lice de barrer la route à Donald Trump », estime le New York Times. « Le gouverneur John Kasish et les sénateurs Marco Rubio et Ted Cruz ont massivement investis dans leurs Etats respectifs, à savoir l'Ohio, la Floride et l'Illinois. Si jamais les résultats devaient être mitigés pour Donald Trump cela ouvrirait la voie vers une convention républicaine très disputée en juillet », prédit le quotidien. Le Boston Herald aussi estime que « le chaos pourrait se poursuivre ».
     
    C'est à priori très mal parti pour celui qui portait jusqu’à maintenant les espoirs du parti républicain, Marco Rubio. Chez lui, en Floride, il est devancé de presque 20 points par Donald Trump. « Marco Rubio avait débuté ces primaires comme un parvenu. Aujourd'hui il arrive au vote en Floride comme le favori éphémère de l'establishment républicain, littéralement écrasé par la force de Donald Trump », constate le Miami Herald.
     
    Dans l'Ohio, John Kasish a déjà annoncé qu'il se retirerait si jamais il devait perdre. « A la différence du sénateur Rubio, la bataille que mène le gouverneur de l'Ohio contre Trump est serrée. C'est donc aux côtés de Mitt Romney, candidat républicain malheureux à la dernière présidentielle en 2012, que John Kasish a tenu ses derniers meetings de campagne », écrit le Washington Post. Alors bizarrement, le combat de John Kasish dans l'Ohio aujourd'hui pourrait causer du tort à Hillary Clinton, fait remarquer de nouveau le New York Times. « Les conseillers de Clinton craignent que ses sympathisants démocrates profitent du système des primaires ouvertes dans l'Ohio afin de voter pour le gouverneur républicain Kasish et ansi stopper Monsieur Trump ».
     
    « Les derniers sondages montrent que Bernie Sanders réduit son écart sur Hillary Clinton dans les trois Etats industriels du Midwest, le Missouri, l'Illinois et l'Ohio », souligne le Los Angeles Times, « alors que la favorite mène très largement en Floride et en Caroline du Nord ».
    « En d'autres termes », résume le Washington Post, « Clinton semble assurée de pouvoir poursuivre sa progression vers la nomination démocrate. Mais les batailles que lui inflige Bernie Sanders la font plus que jamais saigner ».
     
    Venezuela : les restes des mineurs disparus retrouvés
     
    Au Venezuela, les autorités ont localisé les restes des corps de 18 mineurs assassinés à Tumeremo dans le sud-est du pays. Selon les familles 28 mineurs sont portés disparus depuis dix jours, or le gouvernement confirme la disparition de seulement 21 d'entre eux.
     
    Les restes des corps ont été retrouvés dans une fosse de la mine de Nuevo Callao, près de la frontière avec le Brésil, rapporte El Universal. Une information qui a été confirmée hier soir à la télévision par la procureure générale, Luisa Ortega.
     
    Dans la presse vénézuélienne on dénonce aujourd'hui un manque de transparence de la part des autorités sur cette affaire. Dans les colonnes du journal en ligne Tal Cual, le défenseur du peuple, une sorte de médiateur national, Tarek William Saab, explique que les mineurs ont été victimes d'un règlement de compte entre bandes criminelles rivales. Mais dans l'opposition on ne compte pas en rester là. Le député Américo De Grazia estime que le massacre de Tumeremo n'est que le sommet de l'Iceberg. « Comment ces bandes criminelles ont-elles pu s'installer dans cet Etat de Bolivar ? Qui leur livre des armes? Cette tragédie suscite une série de questions dont le gouvernement ne sortira pas indemne », a-t-il déclaré à El Nacional.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.