GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le yuan chinois, monnaie de référence du FMI: Pékin salue un «tournant» et promet des réformes
    Amériques

    A la Une : la visite de Barack Obama à Cuba

    media Barack Obama en promenade en famille dans les rues de la vieille Havane, le 20 mars 2016. REUTERS/Carlos Barria

    Une visite qui a débuté par un programme touristique. C’est à la Une de l’organe officielle du parti communiste Granma. Sous une pluie intense, le président américain, accompagné par sa famille, s’est promené dans les rues de la vieille Havane. Pour la presse cubaine c’est évidemment une visite qui mérite l’adjectif « historique ».« Le monde entier a les yeux rivés sur Cuba », annonce, non sans fierté, Granma. « De la guerre froide à un chaleureux accueil à La Havane », titre de son côté le Miami Herald. Malgré des années de propagande anti-américaine, les habitants de la Havane sont massivement descendus dans la rue pour saluer Barack Obama lors du passage du cortège présidentiel. Et au lieu du traditionnel « Yankee go Home » on pouvait entendre des cris « USA, USA ! », rapporte le journal de Floride. Certains Américains ont noté l’absence du président Raul Castro. « Il a accueilli des Papes et d’autres dignitaires, mais pas Obama », s’est insurgé dans un tweet le candidat à l’investiture républicaine, Donald Trump.

    Opportunité historique 

    « Opportunité historique », cette phrase se trouve en Une de plusieurs journaux comme O Globo. Selon le journal brésilien, « L’évènement du jour » était toutefois l’arrestation des dizaines de dissidentes des « Dames en Blanc », lors de la traditionnelle procession dominicale, près d'une église de l'ouest de La Havane. La police n’a donné aucune explication pour ces arrestations, survenues quelques heures avant l’atterrissage de l’avion présidentiel à Cuba, écrit O Globo. Un incident qui n’est pas relaté par la presse officielle cubaine. Elizardo Sanchez, président de la Commission des droits de l’homme et de la réconciliation nationale, exprime sa frustration dans les pages du New York Times : « Nous avions pensé qu’il y aurait une trêve pendant la visite mais ce n’est pas le cas »

    Qu’attendent les dissidents cubains de cette visite ? 

    « Nous voulons des progrès en matière de droits de l’homme »,s’est exclamé José Daniel Ferrer, de l’ONG Union patriotique cubaine, dans le Washington Post. Ce dissident doit rencontrer le président américain demain mais il n’est pas très optimiste. En fait, José Daniel Ferrer n’attend aucune ouverture politique à court terme. Mais il estime toutefois que le rapprochement avec les Etats-Unis et le changement prévisible de l’équipe des dirigeants vieillissants cubains provoqueront inéluctablement la chute du système. Le dissident cubain admet toutefois qu’il est déjà plus facile de critiquer Raul Castro que son frère Fidel à l’époque. Avec le prochain président ce sera encore plus facile, croit savoir José Daniel Ferrer.

     
    Les droits de l’homme au cœur de la visite du président américain
     
    « Obama a promis d’écouter le peuple cubain », titre le New York Times.En attendant, il n’est pas sûr que le peuple ait beaucoup d’opportunités d’écouter le président qui s’adressera demain dans un discours aux Cubains. Quant à la couverture par la presse cubaine, elle est très contrôlée. Selon le New York Times, les autorités ont interdit à plusieurs jeunes reporters d’un journal officiel de poster des tweets sur la visite de Barack Obama. Les journalistes se sont également vu interdire toute interview avec des médias étrangers ainsi que toute discussion avec des amis.  

    Réaffirmer les valeurs socialistes
     
    D’après le Los Angeles Times, les autorités cubaines souhaitent réaffirmer leurs « propres valeurs socialistes » et ne pas céder aux pressions des Etats-Unis. Le gouvernement évoquera bien sûr la question de l’embargo américain qui est le principal obstacle au développement économique de Cuba, selon Granma. Signalons enfin un commentaire de la dissidente Yoani Sanchez sur son blog 14ymedio. La visite d’un président afro-américain relève aussi d’un symbole fort pour la population afro-cubaine et métisse. Elle met en évidence que l’arrivée d’un président noir à Cuba n’est pas encore pour demain.  

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.