GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 3 Juillet
Lundi 4 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Clinton et Trump s'affrontent devant un groupe de pression juif

    media Donald Trump devant les membres de l'AIPAC, un groupe de pression juif américain, à Washington, le 21 mars 2016. REUTERS/Joshua Roberts

    Quatre des cinq candidats à la présidence se sont adressés lundi aux membres du groupe de pression juif américain pro-israélien AIPAC, réunis à Washington pour leur congrès annuel. Le seul candidat juif, Bernie Sanders était absent, poursuivant sa campagne dans l'Ouest où se tiennent ce mardi de nouvelles primaires, dans l’Arizona, l’Utah et l’Idaho. Les discours les plus attendus étaient ceux d'Hillary Clinton et de Donald Trump qui pourraient bien être les finalistes en novembre.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Seule démocrate à s'adresser aux 18 000 membres de l'AIPAC, Hillary Clinton avait la salle pour elle car une majorité des juifs américains tend à voter démocrate. Elle en a donc profité pour attaquer ses rivaux républicains, en ciblant tout particulièrement sans le nommer Donald Trump qui avait affirmé vouloir rester neutre dans le conflit israélo-palestinien, afin de pouvoir négocier un accord entre les deux camps. « Oui, nous avons besoin d'une main ferme, pas d'un président qui dit qu'il est neutre lundi, pro-Israël mardi et Dieu sait quoi mercredi, parce que tout est négociable », a-t-elle fustigé.

    Les projets de Trump en politique étrangère

    Utilisant pour la première fois un téléprompteur, Donald Trump a prononcé un discours qui n'avait rien de neutre et aurait pu être écrit par Benyamin Netanyahou : abrogation de l'accord iranien, soutien renforcé à Israël, transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem. « Quand je deviendrai président, le temps où Israël était traité comme un citoyen de seconde zone prendra fin dès le premier jour », a-t-il déclaré.

    Surprise des médias qui s'attendaient à ce que Donald Trump soit hué. Or, il a été fréquemment interrompu par des applaudissements et même des ovations debout. Mais un groupe de rabbins a quitté la salle à son arrivée, l'un d'eux criant, avant d'être expulsé : « N'écoutez pas cet homme : il est mauvais. Il inspire les racistes et les sectaires. »

    Hillary Clinton avant son discours devant l'AIPAC, le 21 mars 2016. REUTERS/Joshua Roberts

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.