GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une : Barack Obama salue «Un jour nouveau» à Cuba

    media Barack Obama après son discours au grand théâtre de La Havane, le 22 mars 2016. NICHOLAS KAMM / AFP

    « À côté de Raul Castro, le président Obama avait beau déclarer " un jour nouveau " dans les relations américano-cubaines, écrit le New York Times, de vieux griefs et désaccords sur les droits de l'homme ont gâché cette rencontre et ont souligné les obstacles persistants qui obstruent encore ce dégel historique ».

    Le Boston Globe constate que finalement un président américain est en visite à Cuba sans que le régime communiste ait disparu, sans que l'économie cubaine ait implosé et sans qu'un gouvernement démocratiquement élu soit arrivé au pouvoir. « Ce qui nous amène à cette question, résume l'éditorialiste : quand est-ce que les dirigeants américains peuvent-ils demander au reste du monde de se conformer aux attentes américaines et quand est-ce que les Américains doivent-ils s’accommoder de la situation telle qu'elle est ? »

    Alors que le journal local Saint Louis Post lance un vibrant appel aux élus républicains du Congrès pour enfin lever l'embargo, le Miami Herald revient sur la conférence de presse inattendue hier, après la rencontre entre Barack Obama et Raul Castro. Une conférence de presse lors de laquelle le président cubain « s'est vu obligé de répondre à des questions, ce qui est en soi déjà un événement, et qui plus est, à des questions sur les prisonniers politiques ». Et le Miami Herald de conclure : « Les Cubains, muselés par des décennies de répression, ont vu leur président ramené sur Terre par la question d'un reporter. Bienvenu dans le monde réel, Raul ».

    Il est n'est pas étonnant que l'organe officiel cubain ne fasse aucune mention de cette question sur les prisonniers politiques. Granma se contente d'une couverture factuelle, mais sélective de la journée d'hier, en mettant l'accent sur les exigences du gouvernement castriste, et notamment la levée de l'embargo et la restitution de la base navale militaire de Guantanamo.

    Pour le quotidien colombien El Espectador, Cuba a été choisi par les Etats-Unis comme pays symbolique pour leur politique de détente vis-à-vis leurs voisins du continent. « Washington poursuit ainsi une double stratégie : améliorer les relations avec l'Amérique latine et les Caraïbes tout en affaiblissant davantage le Venezuela, plus isolé que jamais », estime l'éditorialiste.

    Le programme de politique étrangère de Donald Trump
     
    Donald Trump a révélé hier les grandes lignes de ce qui pourrait être sa politique étrangère si jamais il était élu président. Le milliardaire « qui fait des déclarations à l'emporte-pièce sur ce qu'il pense d'autres pays sans que l'on ne sache quel serait son programme une fois à la Maison Blanche », a accordé une interview fleuve au Washington Post. On y apprend que Donald Trump voudrait réduire l'implication des Etats-Unis au sein de l'Otan dont il ne nie pas l'utilité mais qui, comme il le dit, « nous coûte une fortune ». Donald Trump souhaite combattre le groupe Etat islamique coûte que coûte, mais non pas en envoyant les soldats américains sur le terrain, mais en mettant « une pression maximale sur les pays de la région et en leur accordant du soutien militaire par des frappes aériennes ». Le favori républicain estime aussi qu'il est temps de se rapprocher de Vladimir Poutine, mais de se détourner de la région Asie-Pacifique. « Nous avons rencontré un homme politique isolationniste dont les points de vue représentent une fracture dramatique avec les années d'orthodoxie du Parti républicain », constate le Washington Post qui prévient ses lecteurs : « Nous avons rencontré Donald Trump. L'élire signifiera prendre un risque radical ».

    Après le rejet du Premier ministre par les députés en Haïti, la presse entre inquiétude et colère
     
    Des mots très durs de la part de l'écrivain et journaliste Gary Victor dans Le National qui dénonce « cette classe politique où on se livre un combat à mort pour le contrôle de cet État qui a étranglé, saigné la Nation jusqu'à en faire d'elle ce paria sur la carte du monde ».

    « En décidant de ne pas ratifier le Premier ministre de Privert, le Parlement vient de mettre fin à toute chance de voir se tenir de sitôt le fameux second tour de la présidentielle de 2015 », estime de son côté Frantz Duval du Nouvelliste avant de conclure: « Le prochain Premier ministre nommé, pour que tous les camps acceptent de l'avaler, la bouche en cœur, devra être une pilule parfaite ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.