GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Obama éteint la polémique sur sa présence ce 24 mars en Argentine

    media Le président américain, Barack Obama prononçant un discours à Buenos Aires, le 23 mars 2016.

    Second jour de la visite de Barack Obama en Argentine. Les Argentins commémorent jeudi 24 mars le 40e anniversaire du putsch qui avait installé au pouvoir une dictature qui a tué des milliers de personnes. Avec le soutien du gouvernement américain de l’époque. Mais ces temps sont révolus, comme l’a dit Obama mercredi après avoir manifesté son amitié à son hôte Mauricio Macri. Le président américain a su trouver les gestes pour répondre à ceux qui s’indignaient de sa présence en cette journée marquée par la mémoire.

    De notre correspondant à Buenos AiresJean-Louis Buchet

    Barack Obama devait-il venir en Argentine ce 24 mars, quarantième anniversaire du coup d’État de 1976 ? Pour le prix Nobel de la Paix Adolfo Pérez Esquivel, la réponse est non. « Le 24 mars, c’est la mémoire d’un peuple. Et ce peuple ne doit pas subir des interférences, même de la part d’un chef d’État, et surtout s’il s’agit du président des États-Unis, un pays qui a été responsable des dictatures en Amérique latine. Je ne dis pas qu’il ne doit pas venir, mais que le 24, il ne vienne pas. »

    Le 24 mars est une journée sensible pour de nombreux Argentins. Et, compte tenu du soutien des États-Unis à la dictature, quand la visite du président américain a été annoncée, certains ont parlé de provocation. En réalité, soucieux d’apporter rapidement son soutien à la politique d’ouverture du président Mauricio Macri, Obama n’avait trouvé d’autre possibilité que de venir après son voyage à Cuba, donc les 23 et 24 mars.

    La déclassification d'archives a joué

    Mais la polémique s’est largement atténuée depuis que le gouvernement des États-Unis a fait savoir que Barack Obama avait décidé de lever le secret-défense sur les archives américaines de la dictature. Une avancée reconnue par les défenseurs des droits humains et un geste que salue la ministre des Affaires étrangères Susana Malcorra : « Je crois que le geste d’ouvrir et de déclassifier les archives est très important, et je pense que le dialogue avec les organisations des droits de l’homme pourra lever les derniers malentendus, d’autant que ces dernières reconnaissent que c’est une avancée et, je crois, une avancée importante. »

    De plus, Obama et Macri rendront hommage aux victimes de la dictature ce jeudi matin, au Parc de la Mémoire, en compagnie de la présidente de l'association des Grands-Mères de la place de Mai, Estela de Carlotto. Pour Nora Hochbaum, la directrice de cette institution où les noms des disparus sont gravés sur des murs en granit, c’est important : « Je pense que c’est une visite très importante d’un point de vue politique et je crois que la déclassification des archives par les États-Unis est un geste significatif, comme l’ont reconnu les organisations des droits de l’homme, qui sont favorables à la venue du président Obama au Parc de la mémoire et à ce qu’il soit reçu ici. Et je vais l’accueillir en leur nom, en compagnie de représentants de certaines de ces organisations. »

    L'après-midi, lors de la traditionnelle manifestation du souvenir, place de Mai, certains s’en prendront à Obama. Mais, sauf incident grave, cela ne devrait pas entacher le bilan de la visite du président américain, qui sera alors dans les Andes du sud, à 1500 kilomètres de la capitale
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.