GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Haïti: le nouveau gouvernement plébiscité par le Parlement

    media Le président provisoire haïtien Jocelerme Privert, le 14 février 2016 à Port-au-Prince. REUTERS/Andres Martinez Casares

    Les députés et sénateurs haïtiens ont accordé dans la nuit de jeudi à vendredi 25 mars leur confiance au nouveau Premier ministre Enex Jean-Charles. Une première étape en vue de la reprise du processus électoral interrompu en janvier et vers une possible sortie de crise.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

    Après des semaines de crise, Haïti dispose enfin d'un nouveau gouvernement. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les parlementaires ont plébiscité la politique générale du nouveau Premier ministre Enex Jean-Charles.

    Les députés ont débattu pendant de longues heures avant de finalement, à 1h30 du matin, offrir en nombre leur vote de confiance par 78 voix pour, une contre et deux abstentions. Quelques heures plus tôt, les sénateurs avaient eux voté à l'unanimité en faveur du nouveau chef de gouvernement.

    Reprise du processus électoral

    Cette étape franchie, le processus électoral suspendu depuis janvier devrait rapidement reprendre, afin de doter le pays d'un président élu par les citoyens. Après ce large plébiscite, Enex Jean-Charles a assuré que le président provisoire Jocelerme Privert allait rapidement procéder à l'installation du nouveau Conseil électoral provisoire, lequel devra dès que possible fournir les dates des scrutins restés en suspens, à savoir le second tour de la présidentielle et les législatives partielles.

    Le pouvoir exécutif veut aller vite car le temps presse, son mandat n'est que provisoire, limité à 120 jours. Toutefois personne n'est dupe, il est techniquement impossible que des élections puissent se tenir en Haïti d'ici le mois de mai.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.