GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Ibrahim El Bakraoui fiché par les services américains avant le 13 novembre

    media Ibrahim El Bakraoui, 30 anos,l'un des kamikazes de l'aéroport de Bruxelles. (photo de Juillet 2015). Reuters

    L’un des kamikazes de l’aéroport de Bruxelles, Ibrahim El Bakraoui, figurait sur une des listes anti-terroristes des Etats-Unis avant les attentats de Paris du 13 novembre, selon les chaînes CNN et NBC. Son frère Khalid qui s’est fait exploser dans le métro de Bruxelles a été ajouté à cette liste « peu après les attaques de Paris »

    On ne sait pas de quelle liste il s’agit, ce qui est sûr c’est que les frères El Bakraoui étaient fichés par les Américains avant les attaques du 13 novembre pour Ibrahim, et juste après pour Khalid.

    Les deux kamikazes de nationalité belge étaient également connus des policiers en Belgique, mais en tant que malfrats de la banlieue bruxelloise. Les deux caïds ont tous deux été condamnés dans le passé pour vol et braquage.

    Concernant les affaires terroristes, Khalid El Bakraoui était visé par deux mandats internationaux depuis le 11 décembre dernier, pour avoir loué sous un faux nom un logement à Charleroi, en Belgique, l’appartement qui a servi de planque à certains des assaillants des attentats parisiens.

    Ibrahim en revanche avait échappé à la justice belge après sa remise en liberté sous condition en 2014. Arrêté à l’été 2015 en Turquie, puis expulsé vers les Pays-Bas, son « profil terroriste » a de nouveau échappé aux autorités belges désormais pointées du doigt.

    Vendredi, trois ministres belges (Affaires étrangères, Justice et Intérieur) ont dû s’expliquer sur ce point pendant plusieurs heures devant une commission parlementaire. Les ministres ont mis en cause « le flou » des informations transmises par Ankara.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.