GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    France: deuxième baisse consécutive du nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A en avril : -19.900 à 3,51 millions (ministère)
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: pour la première fois, Donald Trump détaille sa politique étrangère

    media Le candidat Donald Trump, à Tampa en Floride le 14 mars 2016. REUTERS/Steve Nesius

    Dans un long entretien publié ce week-end par The New York Times, le candidat à l'investiture républicaine Donald Trump détaille, pour la première fois, sa politique étrangère s'il était élu à la Maison Blanche. Il plaide pour une Amérique moins interventionniste, et critique très ouvertement les organisations internationales telles que l'ONU ou l'Otan. Un programme très approximatif, qui se résume par un credo : « l'Amérique d'abord ».

    Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

    Il y a quelques mois, personne n'aurait imaginé interroger Donald Trump sur sa politique étrangère. Mais le facétieux milliardaire est en tête dans les sondages pour l'investiture républicaine, et oblige les médias à envisager le fait qu'il puisse rejoindre le Bureau ovale en janvier prochain après l'élection de novembre.

    D'où cet entretien, donné au journal le plus prestigieux des Etats-Unis, le New York Times. Donald Trump y détaille sa vision du monde. Un monde qui compte beaucoup trop sur l'influence et l'argent des Etats-Unis, estime le magnat de l'immobilier. Les Nations unies ? L'Otan ? Des organisations beaucoup trop chères, estime-t-il.

    Le candidat assure aussi qu'il pourrait cesser d'acheter du pétrole à l'Arabie saoudite, si celle-ci ne s'engage pas plus activement avec des troupes au sol contre le groupe Etat islamique. Sur le conflit israélo-palestinien, il se dit en faveur d'une solution à deux Etats, alors qu'il avait dit plus tôt qu'il voulait bloquer toute résolution sur le sujet aux Nations unies.

    Les idées de Donald Trump vont à l'encontre de la doxa républicaine, plutôt interventionniste, et qui a poussé récemment 118 experts de son propre camp à signer un manifeste au message on ne peut plus clair : « Tout sauf Trump ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.