GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Fin du quatrième sommet sur la sécurité nucléaire à Washington

    media Le président des Etats-Unis, Barack Obama, le 1er avril 2016 à Washington pour le sommet sur la sécurité nucléaire. REUTERS/Kevin Lamarque

    Pendant deux jours, les représentants d'une cinquantaine de pays et d'organisations internationales se sont réunis à Washington pour examiner les progrès réalisés pour tendre vers un monde sans armes nucléaires. Un souhait formulé par Barack Obama en 2009 à Prague.

    Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

    Une grande crainte a plané au-dessus du sommet de Washington : celle de voir des organisations terroristes comme Daech acquérir certains de ces matériels.

    Selon Barack Obama, « il n'y a pas de doute que si ces fous avaient l'occasion de mettre la main sur une bombe nucléaire ou des matériaux radioactifs, ils les utiliseraient pour tuer autant d'innocents que possible. C'est pourquoi notre travail ici est si critique. »

    Pour François Hollande, le danger n'est pas de surestimer la menace, mais de la sous-estimer. Soulignant que la France avait pris toutes les dispositions pour sécuriser ses centrales et ses matériels liés au nucléaire, le président français a insisté sur l'importance d'une action internationale.

    « Un pays peut prendre toutes les dispositions, c'est le cas de la France, mais ce qui compte, c'est qu'il n'y ait pas d'utilisation ailleurs de ces matières, ou de ces produits. Nous avons fait en sorte qu'une agence internationale, l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique, NDLR), et l'ensemble des pays, puissent agir en coordination et en solidarité. »

    Dans le communiqué final, les participants ont noté que la menace du terrorisme nucléaire et radioactif restait l'un des plus grands défis pour la sécurité internationale.

    L'Iran a déjà démantelé deux tiers de ses centrifugeuses. L'Iran a déplacé 98% de ses stocks d'uranium enrichi hors du pays

    Barack Obama sur la situation nucléaire de l'Iran 02/04/2016 - par Jean-Louis Pourtet Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.