GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes (responsables)
    Amériques

    Brésil: le rapporteur parlementaire porte un nouveau coup dur à Dilma Rousseff

    media La présidente brésilienne Dilma Rousseff, le 5 avril 2016 à Brasilia. REUTERS/Adriano Machado

    La procédure de destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff vient de franchir une nouvelle étape. Avant le vote des députés, une commission spéciale du Parlement est chargée d'examiner la procédure et son rapporteur s'est prononcé, mercredi 6 avril, en faveur de la destitution. Un nouveau coup dur pour la dirigeante.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

    La position de Dilma Rousseff devient de plus en plus intenable. Très attendu, l'avis du rapporteur ne l'a pas épargnée. Devant la commission spéciale parlementaire chargée d'étudier la recevabilité des accusations portées contre la présidente, Jovair Arantes s'est dit favorable à la poursuite de la procédure de destitution.

    Une séance très mouvementée, menée tambour battant par le rapporteur, bien conscient que sa prise de position, en faveur de la destitution, risque de bouleverser le pays. « Ma mission n'a pas été facile. Certains diront de moi que je suis un héros. D'autres diront que je suis un putschiste. Je suis sûr que je vais réveiller les émotions de chaque citoyen brésilien, les pires comme les meilleures », a-t-il commenté.

    Le vice-président également menacé

    Les 65 parlementaires de la commission spéciale devraient se prononcer en début de semaine prochaine, pour décider s'ils suivent l'avis du rapporteur de soumettre au vote de l'ensemble des députés la destitution de la chef de l’Etat.

    L'incertitude ne cesse de grandir. D'autant que le vice-président, Michel Temer est lui aussi visé par une demande de destitution, à l'initiative d'un juge de la Cour suprême. Or ce serait à lui de prendre les rênes du pays, si Dilma Rousseff était destituée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.