GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: l’avenir de Dilma Rousseff se joue cette semaine

    media La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, le 8 avril 2016 à Rio. REUTERS/Ricardo Moraes

    Une commission parlementaire doit se prononcer ce lundi 11 avril sur le déclenchement ou non d’une procédure de destitution visant la présidente du Brésil, Dilma Rousseff. Le coup d’envoi d’une semaine cruciale pour la dirigeante acculée.

    Une semaine difficile commence pour la présidente du Brésil Dilma Rousseff. Selon un récent sondage, 61% des Brésiliens se déclarent favorables à son départ. La dirigeante, accusée d'avoir caché l'ampleur des déficits publics, fait face à une menace de destitution.

    Tous les yeux seront braqués ce lundi à partir de 23 heures (heure de Paris) sur une commission parlementaire en charge du dossier. Soixante-cinq députés auront la lourde charge de déclencher ou non la procédure. A la majorité simple, ils vont approuver ou rejeter un rapport, non contraignant, concernant la destitution de la présidente.

    Si le vote est favorable, ce sont les députés qui se saisiront vendredi du dossier. Le vote est attendu pour dimanche ou lundi mais pour franchir cette étape, les partisans de la destitution doivent obtenir deux tiers des voix.

    Lula organise la défense

    Et la bataille fait rage. Les soutiens de Dilma Rousseff, l'ancien président Lula en tête, s'organisent pour rallier les indécis. Le parti des travailleurs a besoin que 172 députés votent contre la destitution pour que tout le processus prenne fin. Mais dans le cas où il passerait le cap de l'Assemblée, ce sont les sénateurs qui s'exprimeront à leur tour, et il faudra cette fois la majorité simple.

    Si tous ces paliers, ils sont nombreux, sont franchis, la présidente sera écartée du pouvoir. En attendant, c'est son vice-président, Michel Temer, qui la remplacerait à la tête du pays. Mais l'homme de 75 ans est cité dans l'affaire de corruption Petrobras. Il ne fait pas encore l'objet de poursuites judiciaires, mais la Cour suprême a demandé la création d'une commission parlementaire pour évaluer la possibilité de sa destitution.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.