GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: Michel Temer se voit déjà calife à la place de Rousseff

    media Le vice-président brésilien Michel Temer ambitionne de succéder à Dilma Rousseff si celle-ci venait à être déchue de son poste. AFP PHOTO/EVARISTO SA

    Après un premier vote favorable à la destitution de la présidente Dilma Rousseff, le vice-président centriste Michel Temer se prépare déjà à prendre sa sucession. La présidente brésilienne l'a accusé mardi 12 avril d'être le « chef de la conspiration » visant à la destituer, à quelques jours d'un vote très serré des députés sur son maintien au pouvoir.

    Avec notre correspondant à São Paulo,  Martin Bernard

    C’est une déclaration qui aurait dû rester confidentielle qui a mis le feu aux poudres quand elle a été rendue publique. Alors que le procès de destitution contre Dilma Rousseff n’en est encore qu’aux préliminaires, le vice-président Michel Temer semble déjà se préparer activement à sa succession. Il a déjà enregistré un discours dans lequel il évoque la formation d’un « gouvernement de salut public » et prépare la population à des « sacrifices ».

    Brésil: le parti centriste PMDB quitte la coalition de Dilma Rousseff

    Des déclarations qui ont provoqué une réaction très virulente de la part de Dilma Rousseff : « S’il restait encore un doute sur le putsch, le simulacre et la trahison en cours, il n’y en a plus. S’il y avait encore un doute quand je dénonçais un coup d’Etat en cours de préparation, il ne peut plus y en a voir. Le masque des conspirateurs est tombé. »

    Vote des députés vendredi

    Un proche de Dilma Rousseff a également exigé la démission de Michel Temer - le vice-président qui s’était déjà plaint, il y a six mois, d’être confiné à un rôle de figuration. Mais cette fois-ci, ce centriste plutôt discret a bien réussi un coup d’éclat ! Et si le Congrès vote en faveur de la destitution, c’est bien lui qui devra terminer le mandat présidentiel jusqu’à la fin de 2018.

    La balle est maintenant dans le camp des députés qui vont se réunir en assemblée plénière à partir de vendredi 15 avril pour statuer sur le sort de la présidente. Or, le Parti progressiste, qui était allié à la majorité au pouvoir, a annoncé qu'il se retirait de la coalition gouvernementale et a annoncé que la majorité de ses 47 députés voteraient en faveur de la destitution de la présidente du Brésil.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.