GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • COP23: la communauté internationale s'accorde pour évaluer en 2018 ses émissions de CO2
    • L'Arabie saoudite rappelle son ambassadeur à Berlin pour protester contre une déclaration allemande sur le Liban (agence)
    Amériques

    Le Canada honore un contrat de vente de blindés à l'Arabie saoudite

    media Un véhicule blindé léger (VBL) de type LAV III qui équipe l'armée canadienne, développé par General Dynamics. Mike from Vancouver/wikimedia cc

    Après plusieurs mois de tergiversations, le Canada va vendre des véhicules d’armement léger à l’Arabie saoudite. Une entente de vente pris par le précédent gouvernement canadien liait les deux pays. Le ministre des Affaires étrangères a pris cette décision vendredi 8 avril. Le contrat s’élève à 15 milliards de dollars. Cette entente commerciale a été dénoncée par plusieurs ONG comme Amnesty International et un parti d’opposition canadien.

    Avec notre correspondante à Québec,  Pascale Guéricolas

    La vente de 15 milliards de dollars de chars légers à l’Arabie saoudite constitue le premier test de realpolitik du gouvernement de Justin Trudeau, lui qui se présente volontiers comme un dirigeant soucieux des droits humains.

    Son ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, vient pourtant d’approuver la vente de véhicules munis d’armes à un Etat connu pour ses exactions envers les civils. Dans une note, le ministère canadien des Affaires étrangères fait valoir que l’Arabie saoudite constitue le plus important partenaire commercial du Canada au Moyen-Orient. Et qu’il joue un rôle primordial face au pouvoir de l’Iran et du groupe État islamique. Dans sa note, le ministère fait aussi valoir que depuis 1990, l’Arabie saoudite n’a pas utilisé les milliers chars canadiens pour commettre des violations des droits civils.

    Pourtant, Amnesty International et un professeur de droit québécois contestent cette vente en justice. Et Amnesty attend toujours des nouvelles du blogueur saoudien Raïf Badawi, condamné à ¨dix ans de prison, dont la famille a trouvé refuge au Québec.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.