GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Brésil lance une offensive judiciaire contre le géant minier Samarco

    media Le 9 novembre 2015, il ne reste plus que des débris du village de Bento Rodrigues après la coulée de boue qui s'est déversée sur le village. REUTERS/Ricardo Moraes

    La justice brésilienne réclame au géant minier brésilien Samarco plusieurs dizaines de milliards d’euros en réparation des dommages causés par la rupture d'un barrage de déchets miniers en novembre 2015. La catastrophe avait causé la mort de 19 personnes et provoqué les plus graves dommages environnementaux qu’ait connus le pays.

    Trente-huit milliards d’euros de réparations, c'est ce que réclame la justice au groupe brésilien Vale et à l’anglo-australien BHP Billiton, les deux copropriétaires de Samarco. Elle a également exigé qu'ils ne distribuent pas de bénéfices pour le moment et qu'ils ne reçoivent aucune aide publique.

    La police brésilienne a aussi ouvert des poursuites pour homicide contre sept personnes, dont six dirigeants de la société. La justice veut donc se montrer intransigeante face à cet événement qui est considéré comme la plus importante catastrophe écologique du Brésil.

    Le 5 novembre de l’année dernière, un barrage de déchets de minerai de fer a cédé près de la ville historique de Mariana dans le sud-est du pays. Conséquence : 19 personnes ont trouvé la mort et des centaines de kilomètres carrés de terre ont été inondées par le déversement de boue.

    La coulée a traversé deux Etats brésiliens et s'est répandu jusqu'à l'océan Atlantique à travers le fleuve Rio Doce, l'un des plus importants du Brésil, des milliers d'animaux ont été tués, des zones de forêts tropicales protégées dévastées et 280 000 personnes privées d’eau.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.