GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Pour ou contre la destitution de Rousseff, les Brésiliens sont dans la rue

    media Des manifestants réclament la destitution de Dilma Rousseff, à Brasilia, le 9 mai 2016. REUTERS/Ueslei Marcelino

    Des manifestations ont eu lieu mardi 10 mai dans la soirée dans plusieurs villes du pays, en soutien à Dilma Rousseff, à la veille d'un vote des sénateurs sur la procédure de destitution. La crise politique, pleine de rebondissements, a fini par lasser les Brésiliens alors que le pays est frappé par une récession économique grave, que la crise politique vient aggraver.

    Avec nos correspondants à Rio de Janeiro et São Paulo,  François Cardona et Martin Bernard

    Sur le présentoir du kiosque à journaux, toutes les unes annoncent la fin toute proche de Dilma Rousseff. Raul, 21 ans, est étudiant. Tous les après-midi, il travaille comme vendeur dans le kiosque. Devant lui, les magazines rappellent les derniers épisodes à suspens de la procédure de destitution et les révélations quotidiennes du scandale de corruption Petrobras.

    « C'est comme si on était en train de regarder une novela, confie-t-il. On n'a plus aucun contrôle sur la politique. Je me sens impuissant, et surtout j'ai un peu peur du futur. Je ne sais pas ce qui va se passer maintenant. Tout peut arriver, à l'importe quel moment. »

    Le système politique brésilien atteint ses limites

    En réalité, la destitution de Dilma Rousseff, que l'opposition réclame depuis des mois, cache une récession économique profonde. L'inflation et le chômage ont atteint des records. Les Brésiliens les plus modestes sont gravement affectés. Pour Irène, femme de ménage, et dont les deux fils sont sans emploi depuis trois mois, la destitution de la présidente risque de ne rien y changer. « Ca n'a jamais été aussi dur dans ma vie. Et c'est pour beaucoup de gens la même chose. Les prix ne cessent d'augmenter. Tout est de plus en plus cher. On n'en peut plus vous savez », explique-t-elle.

    Les pro-Dilma donnent aussi de la voix

    Cependant, la présidente compte encore bon nombre de partisans parmi la population. Du nord au sud du pays, des protestants ont manifesté contre la tentative de destitution de la présidente. A l'aube, ils ont fait flamber des pneus et dressé des barricades sur de grands axes routiers près de Rio. L'accès à l'aéroport international de São Paulo a aussi été bloqué pendant plusieurs heures. Plus de 500 km de bouchons dans la ville. Rassemblement aussi à Fortaleza, Porto Alegre et Curitiba.

    La mobilisation était prévue depuis le 1er mai. Les syndicats et les militants de gauche, comme le mouvement des Sans-Terre, avaient annoncé leur intention de protester à la veille du vote de la destitution. Une procédure qu'ils jugent être un coup d'Etat et qui vise à mettre un terme à une expérience de treize ans de la gauche au pouvoir au Brésil. Ils promettent de continuer à occuper le terrain, même après l'éventuelle mise à l'écart de Dilma Rousseff.

    Les crises vont se poursuivre

    Les sénateurs doivent se prononcer aujourd'hui sur la destitution. Un vote qui ne devrait pas réserver de surprises, car une cinquantaine de sénateurs sur les 81 ont déjà annoncé leur intention de voter en faveur de l'ouverture du procès en destitution de la présidente brésilienne. « Notre idée est de commencer la séance ce mercredi à 9h. Nous espérons avoir au moins la participation de 60 orateurs (sénateurs). Si cela se confirme, nous aurons 10 heures de séance. Mais notre objectif est toujours de conclure cette séance encore ce mercredi », a déclaré Renan Calheiros, président du Sénat brésilien.

    Quant à la principale intéressée, elle a déposé un recours devant la Cour suprême. Un nouveau coup de théâtre se prépare peut-être. Mais quoi qu'il en soit, le vote des sénateurs sur la mise en accusation de la présidente ne résoudra pas la crise politique et la récession économique ne cesse de s'aggraver.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.