GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: une journée qui restera à jamais gravée dans les mémoires

    media Le vice-président Michel Temer porte le document certifiant ses nouvelles fonctions de président par intérim du Brésil, le 12 mai 2016. REUTERS/Marcos Correa/Présidence du Brésil

    Après des rebondissements qui ont laissé sans voix la classe politique brésilienne et les plus grands experts, le Sénat a finalement voté en faveur de l’ouverture d’un procès en destitution contre la présidente. Dilma Rousseff est désormais suspendue de ses fonctions pour une période pouvant aller jusqu’à 180 jours et c’est Michel Temer, le vice-président, qui va désormais assurer l’intérim.

    Brasilia mais également le reste du pays vient de vivre un véritable marathon avec une séance plénière interminable du Sénat qui s’est achevée après près de 18 heures de débat. La séance a validé par un vote à majorité simple l’ouverture d’un procès en destitution de Dilma Rousseff. 55 sénateurs se sont prononcés pour et 22 contre sur un total de 81 élus.

    Dilma Rousseff est désormais suspendue de ses fonctions et une enquête va être lancée à son encontre pour déterminer sa responsabilité dans le dossier du maquillage des comptes publics. La présidente déchue, qui se défend d’avoir réalisé quoi que ce soit d’illégal, aura ainsi l’occasion de se défendre, enfin. Mais cette enquête risque d’être longue. D’ailleurs, le président du Sénat avait prévenu ses compatriotes ce mercredi lors de l’ouverture de la séance plénière : cette procédure sera « longue et douloureuse pour le pays ».

    Un procès sous quelle forme ?

    Les juges du Tribunal suprême fédéral vont se charger de ce procès historique (qui se tiendra au Sénat), mais ce ne sont pas ces juges qui communiqueront le verdict. Ce sont les sénateurs qui auront la responsabilité de trancher en votant pour ou contre la destitution définitive de Dilma Rousseff. Un vote où, cette fois, contrairement à celui qui s’est tenu ce jeudi matin, une majorité des deux tiers sera nécessaire.

    Les scénarii envisagés à l’issue de ce procès

    Tout d’abord l’éventualité qu’il n’y ait pas de majorité des deux tiers lors de ce second vote existe toujours. Si tel est le cas, Dilma Rousseff reprendra ses fonctions. Mais ce scénario semble quasiment impossible à l’heure actuelle puisque ce jeudi, déjà deux tiers des sénateurs ont voté pour l’ouverture du procès en destitution alors qu’une majorité simple aurait suffi.

    Si Dilma Rousseff est définitivement écartée, Michel Temer, le président intérimaire, pourra aller jusqu’au bout du mandat électif pour lequel elle avait été élue, c’est-à-dire jusqu’au 31 décembre 2018. Mais des élections anticipées pourraient également être convoquées. En cause : la crise économique sans précédent que le pays connaît, peut-être la pire de son histoire. Mais selon de nombreux politologues brésiliens, ce scénario a très peu de chance de se produire.

    Un autre scénario obligerait les autorités à convoquer des élections anticipées, puisque Dilma Rousseff, au même titre qu’Aécio Neves, le chef de l’opposition, fait l’objet d’une enquête du Tribunal électoral sur les comptes de campagne pour la dernière élection présidentielle. Si cette instance trouve des irrégularités, ce tribunal pourrait tout simplement annuler la présidentielle de 2014, ce qui entraînerait de facto des élections anticipées.

    Un système politique au bord de l’implosion

    Beaucoup d’experts pensent que la loi électorale adoptée en 1988 après la dictature militaire n’est plus viable, qu’elle a atteint ses limites. Un système d’élection à la « super proportionnelle » qui, selon ces experts, a favorisé l’émergence de nombreux micro partis.

    25 formations politiques sont actuellement représentées à la Chambre des députés sur un total de 35 partis existants dans le pays, ce qui favorise la corruption selon les politologues brésiliens. Gouverner ce pays sans alliance est donc tout simplement impossible. Et forcément, aucune de ces formations politiques ne souhaite une réforme de la loi électorale puisque cela signifierait pour certaines d’entre elles une disparition pure et simple. Une réforme est nécessaire estiment ces experts, mais en l’état actuel des choses, elle leur semble impossible.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.