GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Dilma Rousseff: l'ultime journée au pouvoir de la première présidente du Brésil

    media La présidente brésilienne Dilma Rousseff, après sa suspension, au milieu d'une foule de supporters venus la soutenir dans son épreuve, jeudi 12 mai 2016 à Brasilia. REUTERS/Ueslei Marcelino

    Le 12 mai 2016 entrera dans l’histoire. Le Sénat fédéral brésilien a lancé un procès en destitution contre Dilma Rousseff, qui se retrouve écartée du pouvoir. Si rien n'est encore définitif, un retour aux affaires de la première femme présidente du pays paraît improbable. Mais l'ancienne guerillera veut y croire, combative jusqu’au bout. Retour sur la dernière journée de Mme Rousseff en tant que présidente en exercice du Brésil.

    De notre envoyé spécial à Brasilia,

    Jeudi 12 mai, il est 11 h du matin à Brasilia. Quelque 3 000 sympathisants de Dilma Rousseff sont rassemblés devant le palais présidentiel. La chef d'Etat vient de recevoir le message officiel qui lui confirme sa mise en accusation. Il ne lui reste que quelques minutes avant de quitter le Planalto, élégant bâtiment conçu par l'architecte Oscar Niemeyer, avant de laisser la place à Michel Temer.

    Les militants ont le cœur serré. Gloria Maria ne peut retenir ses larmes. « Elle n’est pas seule. Dilma est notre guerrière, c’est une battante, une femme courageuse. Elle est une femme honnête. Elle peut compter sur nous. C’est pour cela que nous sommes ici. Pour qu’elle sache que notre confiance, notre amour et notre force l’accompagnent », explique-t-elle, en pleurs.

    Une déchéance qui rappelle des mauvais souvenirs à la gauche brésilienne

    Certains ont pris un jour de congé pour pouvoir soutenir Dilma Rousseff dans ce moment pénible. Raimundo est retraité. Vêtu d’un t-shirt à l’effigie de « sa » présidente, brandissant le drapeau rouge du Parti des travailleurs (PT) de Lula, il dénonce le vote du Sénat, qu'il qualifie de « rupture institutionnelle » et de « coup d’Etat parlementaire ».

    « Je suis militant, je suis brésilien, j’aime mon pays, explique-t-il. J’ai vécu le coup d’Etat des militaires en 1964. J’ai espéré ne plus jamais vivre un coup d’Etat. Mais ce qui se passe ici, c’est une rupture institutionnelle, un coup d’Etat différent d’une dictature. Il n’y a pas de chars dans les rues, il n’y pas de prisons militaires ; c’est un coup d’Etat parlementaire. »

    Dilma Rousseff à l'heure de défendre son honneur face aux sénateurs

    Au moment de s'adresser à la foule, avant de regagner sa résidence officielle, Dilma Rousseff brandit le même argumentaire : « Je suis victime d’une grande injustice. Ceux qui n’arrivent pas au pouvoir par la voie des urnes, ceux qui perdent les élections, tentent à présent d’arriver au pouvoir par la force », observe la présidente déchue.

    Dilma Rousseff, s'adressant à la foule après sa suspension par le Sénat, jeudi 12 mai 2016 à Brasilia. REUTERS/Ueslei Marcelino

    « Résistez », « mobilisez-vous », c’est le message principal que Dilma Rousseff souhaite faire passer à ses sympathisants. Continuer la lutte ? Gabriela da Souza est d'accord. Mais cette jeune femme demande aussi une autocritique : « On savait que le PT avait besoin de faire des alliances pour gouverner. Ils se sont alliés avec des traitres, malheureusement. Et maintenant, ce qu’il faut faire, c’est réinventer la gauche. »

    « J’ai pu commettre des erreurs, mais jamais je n’ai commis de crime »

    Pour l’instant, Mme Rousseff est engagée dans un tout autre combat : gagner son procès en destitution. 180 jours pour retourner le vote des sénateurs. Celle qui a survécu à la torture et à un cancer se voit aujourd’hui obligée de défendre son honneur. Sa défense : « Comme tout être humain, j’ai pu commettre des erreurs, mais jamais je n’ai commis de crime. »

    J'aimerais accompagner Dilma Rousseff jusqu'à sa résidence, le palais de l'Alvorado. Nous sommes bien conscients des conséquences de ce coup d'Etat. Les programmes sociaux risquent d'en faire les frais. Et justement, on s'est battu pendant des années pour la mise en place de ces aides publiques

    Viviane, employée dans une entreprise privée à Brasilia, venue rendre hommage à Dilma Rousseff 13/05/2016 - par Achim Lippold Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.