GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Brésil: la nouvelle vie de Dilma Rousseff après sa destitution

    media Dilma Rousseff lors de sa première déclaration après le vote du Sénat en faveur de la procédure de destitution, au palais du Planalto, le 12 mai 2016. REUTERS/Adriano Machado

    A peine évincée de la présidence brésilienne, Dilma Rousseff continue le combat. Désavouée par une partie de l'opinion et par la grande majorité des parlementaires, l'ex-chef de l'Etat ne compte pas en rester là. Loin d'être inactive, elle se consacre désormais à sa défense.

    Avec notre envoyé spécial à Brasilia, Achim Lippold

    Ecartée du pouvoir depuis le 12 mai, la présidente du Brésil Dilma Rousseff doit s'habituer à un nouveau quotidien. Jusqu'à la dernière minute, elle avait un agenda bien rempli. Mais sa retraite politique provisoire ne signifie pas pour autant du repos : elle doit préparer sa défense pour son procès de destitution et veut mobiliser l'opinion publique en sa faveur.

    Pour cela, elle peut compter sur certains privilèges liés à sa fonction. Une résidence officielle au bord d'un lac, une équipe de conseillers, des gardes de sécurité, des médecins personnels... Même après sa suspension, Dilma Rousseff conserve la plupart de ses droits en tant que présidente. Son salaire ne changera pas non plus : 31 000 reals, soit 7 800 euros. Tout a été négocié en coulisses car le règlement sur la destitution ne détaille pas les privilèges dont un président mis en accusation peut bénéficier.

    Mobilisation

    Dilma Rousseff disposera aussi de l'avion présidentiel. Un outil précieux qui lui permet de plaider sa cause partout au Brésil et même à l'étranger. Contrairement à l'ancien président Fernando Collor, qui attendait le verdict de son procès de destitution retiré sur la propriété familiale, Dilma Rousseff joue la carte de la mobilisation. Elle souhaite organiser de nombreuses réunions publiques pour dénoncer ce qu'elle qualifie de « coup d'Etat ». Elle compte aussi lancer un site Internet pour relayer ses arguments sur les réseaux sociaux.

    Mais pour l'instant, la présidente se concentre sur sa défense. Il lui reste 18 jours pour présenter ses arguments au président de la Cour suprême qui dirigera le procès.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.