GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: les chavistes font bloc autour du président Maduro

    media L'opposition affirme avoir recueilli deux millions de signatures en faveur de la destitution du président Nicolas Maduro. AFP/PRESIDENCIA/AFP

    Au Venezuela, le long processus de référendum révocatoire qu'invoque la coalition d'opposition contre Nicolas Maduro a débuté il y a deux semaines. Une procédure possible à mi-mandat contre le président et qui pourrait déboucher à terme sur la destitution de ce dernier. Pour l'instant, l'opposition a mené la première étape de cette longue procédure : une opération de recueil de signatures qui consistait à rassembler 1% des personnes inscrites sur les listes électorales. Elle a finalement remis près de deux millions de signatures au Conseil national électoral et attend leur validation. Mais en face, le camp chaviste contre-attaque.

    Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

    « Nicolas Maduro ne va pas quitter le pouvoir par référendum. Parce qu'il n'y aura pas de référendum. » La déclaration est venue ce dimanche du vice-président de la République en personne. Avant de préciser : « Parce que [les responsables de l'opposition] s'y sont pris tardivement, parce qu'ils s'y sont mal pris et parce qu'ils ont commis des fraudes. »

    Un commentaire de l'exécutif qui va dans la droite ligne de ce qu'a affirmé cette semaine le chef de la commission de vérification des signatures nommé par Nicolas Maduro. A plusieurs reprises, celui qui est également un des vice-présidents du PSUV, le parti socialiste au pouvoir, a en effet dénoncé « les irrégularités » et « les mensonges » de plusieurs fiches de signatures. Selon lui, 11% des formulaires seraient incomplets.

    « Le Venezula est une bombe »

    En face, le positionnement de l'opposition, et notamment d'Henrique Capriles, c'est de dire que le référendum révocatoire peut éviter l'explosion sociale. « Le Venezuela est une bombe qui peut exploser à n'importe quel moment », a ainsi affirmé ce samedi, lors d'une manifestation de l'opposition, l'ex-adversaire de Nicolas Maduro à la dernière présidentielle.

    En attendant, les premières signatures seront examinées jusqu'au 2 juin prochain, soit un mois après le dépôt des premiers paraphes. D'ici là, l'opposition entend maintenir la mobilisation dans la rue : une nouvelle marche vers le Conseil national électoral est prévue mercredi prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.