GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: les réseaux sociaux défient Michel Temer, le président par intérim

    media Le président brésilien par intérim Michel Temer lors d'une rencontre avec les syndicats au palais du Planalto à Brasilia, le 16 mai 2016. REUTERS/Ueslei Marcelino

    Le nouveau gouvernement arrive-t-il à convaincre les Brésiliens ? Alors que le président intérimaire Michel Temer a pris ses fonctions il y a trois semaines, le gouvernement a perdu deux de ses ministres pour des affaires liées à la corruption. Les mêmes affaires qui ont déstabilisé Dilma Rousseff mise à l’écart le 12 mai dernier.
     

    avec notre correspondant à São Paulo,

    Suite aux scandales successifs au Brésil, les réactions sur les réseaux sociaux sont presque unanimes. En ligne de mire : la corruption et tout ce qui pourrait ressembler à une entrave à la justice, à tout ce qui pourrait paraître une manière de protéger des alliés politiques épinglés dans le cadre de l’enquête contre la corruption à Petrobras, la compagnie publique pétrolière. La fameuse enquête Lava jato, « celle qui lave plus blanc » en quelque sorte.

    L’un des principaux groupes qui réclament la destitution de Dilma Rousseff sur les réseaux sociaux, le Mouvement Brésil libre (MBL) a exigé -et s'en réjouit à présent- la démission des ministres impliqués dans des manœuvres suspectes. « Le Brésil ne peut tolérer des ministres qui s’opposent à Lava Jato et qui donnent un coup de main aux suspects », affirme le MBL.

    Faire tomber Michel Temer ?

    Beaucoup de réactions indignées : « Attention, si Temer ne balaie pas devant sa porte, nous allons redescendre dans la rue pour le faire tomber », prévient un internaute sur Facebook.

    A gauche, le message est autre : « On vous l’avait bien dit ! Ce gouvernement est bien plus corrompu que l’ancien », soutiennent les partisans de Dilma Rousseff. Sur Twitter, Jaques Wagner, l’un des proches de la présidente déchue, explique : « Le ministre de la Transparence a été pris la main dans le sac en train de conspirer contre Lava Jato. Plus transparent, tu meurs ! »

    Des débuts difficiles pour le gouvernement intérimaire

    Le gouvernement Temer connaît des débuts difficiles. Il doit encore avoir un vote au Sénat pour savoir si Dilma Rousseff sera bel et bien destituée. En attendant, ce nouveau gouvernement cherche un peu ses marques. Il a annoncé un programme économique pour tenter de redresser les finances publiques. Mais la population accorde pour l’instant la priorité à la lutte contre la corruption. Michel Temer a promis de poursuivre l’enquête Lava Jato, mais dans son entourage, certains ont du mal à laisser la justice faire son travail.

    C’est là-dessus que le gouvernement intérimaire doit convaincre. Pour l’instant, il a plutôt encaissé deux buts contre son camp, avec les démissions successives du ministre du Plan, Romero Jucá, et du ministre de la Transparence, Fabiano Silveira, en l’espace de huit jours.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.