GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Chili: la présidente Michelle Bachelet dans la tourmente

    media La présidente du Chili, Michelle Bachelet, le 21 mai 2016 à Valparaiso pour son adresse annuelle à la nation devant le Congrès national. REUTERS/Rodrigo Garrido

    La présidente Bachelet connaît un nouveau revers politique. Il y a une semaine, la socialiste chilienne a déposé plainte contre un hebdomadaire du pays pour diffamation publique. Depuis, elle fait face à une levée de boucliers générale.

    De notre correspondante à Santiago du Chili,

    C'est une levée de boucliers, aussi bien à gauche qu’à droite, au sein de la presse comme dans le monde politique. Tous considèrent que la présidente vient de commettre une grave erreur. Peu sont ceux qui la défendent coûte que coûte.

    Il y a une semaine et demie, l’hebdomadaire Qué Pasa, l'un des seuls journaux d’investigation du pays, publie le compte-rendu d’écoutes téléphoniques menées par la police judiciaire dans le cadre d’une affaire de corruption : l’affaire Caval.

    Elle concerne le fils et la belle-fille de la présidente Michelle Bachelet. Depuis que cette affaire a éclaté, il y a un peu plus d’un an, la présidente a entamé une chute libre dans les sondages.

    Bien qu'elle ne soit pas directement concernée, le fait que sa famille proche le soit a gravement entaché son image. Mais dans les écoutes, l’un des inculpés l’implique directement.

    Une atteinte à la liberté de la presse

    Ce dernier dit que la présidente devait recevoir une part en liquide dans l’affaire. Mais rien ne prouve que ce soit vrai. L’inculpé en question, Juan Diaz, est un obscur personnage de droite qui semble avoir trempé dans beaucoup d’affaires frauduleuses.

    Il est fort possible qu’il parle en sachant qu’il est sur écoute. L’hebdomadaire a néanmoins publié ces extraits. La présidente poursuit en justice quatre journalistes, passibles de trois ans de prison et d’une amende d’un montant de 9 000 euros.

    Il s'agit d'une atteinte directe à la liberté de la presse. Elle a dit faire cela pour protéger son honneur et à titre personnel, pas en qualité de présidente, mais tous les analystes sont d’accord : elle ne peut pas se diviser.

    Tous se posent la même question : qui a bien pu la conseiller ? S’attaquer à un média pour injures et calomnies, alors qu’il ne fait que reproduire un compte-rendu élaboré par la police judiciaire, ne tiendrait pas la route au niveau judiciaire, sans parler des conséquences politiques de cette décision.

    Une affaire qui masque le travail du gouvernement

    Selon un sondage, la présidente a atteint son niveau record de désapprobation, avec 72 % de mécontents. S’attaquer aux médias ne peut que la faire chuter un peu plus. Elle donne une image d’elle peu démocratique et se prend une volée de bois vert de la part des organismes internationaux.

    En plus, la présidente chilienne attaque le média qui a révélé cette affaire de corruption Caval. Tout le monde pense donc à une vengeance. Et on ne parle plus que de ça maintenant, masquant le travail du gouvernement.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.