GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: ce que l'on sait de la tuerie d'Orlando

    media La police scientifique enquête sur la scène de crime de la fusillade, au Pulse, un night-club gay d'Orlando, le 12 juin 2016. REUTERS/Carlo Allegri TPX IMAGES OF THE DAY

    Une fusillade a éclaté dans la nuit de samedi à dimanche dans une discothèque d'Orlando, en Floride. Les tirs ont fait 49 morts et quelque 53 blessés, selon le dernier bilan donné par le maire de la ville. Le tireur, qui a trouvé la mort durant l'attaque, était un Américain d'origine afghane, Omar Mateen. Le groupe Etat islamique, par le biais de l'agence de presse Amaq, a revendiqué l'attaque.

    Article mis à jour en fonction des événements,

    Une fusillade a éclaté dans la nuit de samedi à dimanche, à 2h00, heure locale, dans un night-club gay de la ville d'Orlando, en Floride, le Pulse. Sur sa page Facebook, l'établissement a rapidement publié un message demandant de « sortir du club et de courir ».

     ■ Cinquante morts 

    Le tireur aurait fait 49 morts et au moins 53 blessés, selon un dernier bilan donné par le FBI. « Cela a tourné à la prise d'otage, a précisé le chef de la police de la ville John Mina lors d'un point de presse. Vers 5h (09h TU) ce matin, la décision a été prise de secourir les otages qui étaient à l'intérieur. » L'homme était armé d’un pistolet et d’un fusil d’assaut, expliquant le nombre si élevé de victimes.

    Le FBI a annoncé qu'une enquête pour « acte de terrorisme » avait été ouverte.

    Au moins 30 personnes ont pu être sauvées.
    John Mina Chef de la police d'Orlando 12/06/2016 - par RFI Écouter

    Le profil du tueur

    Le tueur a trouvé la mort dans la discothèque, après un violent échange de coups de feu avec les forces de l'ordre. Il a été identifié comme Omar Mateen, un citoyen américain d'origine afghane, né en 1986, selon les chaînes américaines de télévision CBS et NBC. Une information confirmée par le FBI quelques heures plus tard.

    Nous examinons actuellement toutes les connections qu’il a pu établir sur le sol américain comme à l’étranger.
    Ron Hopper Agent du FBI 12/06/2016 - par RFI Écouter

    L’agence confirme également que Mateen a appelé les services d’urgence avant de perpétrer la tuerie, et que dans cet appel, il a fait allusion au groupe Etat islamique, et à l’attentat du marathon de Boston. Attentat perpétré par les frères Tsarnaeiv qui a fait 3 morts et 264 blessés en 2013. Le FBI n'a ni évoqué la revendication du groupe Etat islamique, ni de préparation de l’attaque d’Orlando avec le groupe terroriste, mais a plutôt parlé d’un homme qui s’est inspiré de ce groupe.

    Omar Seddique Mateen, qui travaillait depuis neuf ans pour une société de sécurité, avait déjà attiré l’attention du FBI à deux reprises, l’officier en charge de l’enquête le confirme. En 2011, il avait tenu des propos extrémistes, rapportés par des collègues, mais rien n’avait pu être retenu contre lui.

    En 2014 à nouveau, Mateen fut interrogé, mais là encore rien de tangible n’a été trouvé. Rien qui permette une arrestation. Les armes avec lesquelles la tuerie a été perpétrée auraient été achetées légalement. 

    ■ L'EI revendique l'attaque

    De son côté, l'organisation Etat islamique a revendiqué cette attaque, par le biais de son agence de presse Amaq, l'un des organes officiels de propagande du groupe. « L'attaque armée qui a visé une discothèque gay dans la ville d'Orlando de l'Etat américain de Floride qui a fait 100 morts ou blessés a été menée par un combattant de l'Etat islamique », a annoncé l'agence de presse dans un court communiqué citant « une source ».

    Cette revendication conforte les informations des médias américains selon lesquels le terroriste aurait appelé la police juste avant d’ouvrir le feu pour annoncer son allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le leader irakien de l’EI et vise à montrer que l’attaque a été commanditée. C’est la première fois que l’EI revendique un attentat aux Etats-Unis.

    Un peu plus tôt, le président américain Barack Obama a dénoncé un « acte de terreur » et un « acte de haine ». « Aucun acte de terreur et de haine ne peut changer qui nous sommes », a affirmé le président lors d'une très brève allocution en direct de la Maison Blanche.Il a également dit ne pas avoir d'avis définitif sur les motivations du tireur.

    Etat d'urgence et appel aux dons du sang

    Dès l'annonce de la fusillade, les forces de l'ordre s'étaient déployés en nombre, comme le rapporte un journaliste de la chaîne Wesh Orlando. L’état d’urgence a été décrété dans toute la ville. Le FBI a fait un appel à témoin, et les médecins demandent aux habitants d’Orlando de donner leur sang pour les blessés, rapporte notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio.

    C'est aussi le cas du sénateur de l’Etat de Floride : « Vous pouvez imaginer les besoins avec cette grande quantité de blessés et les risques pour la vie de gens. Donc, je demande à tous ceux qui peuvent donner du sang de le faire. »

    Un responsable de la communauté musulmane de Floride est venu s’exprimer, car le suspect serait de confession musulmane. Mohammad Misri a demandé à la presse de se garder de faire du sensationnalisme devant ce qu’il a appelé un acte diabolique. Cette tuerie de masse est la plus violente, la plus meurtrière dans l’histoire des Etats-Unis.

    La fusillade, la plus meurtrière de l'histoire des Etats-Unis a eu lieu à Orlando, en Floride. RFI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.