GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Bolivie: nouvelle passe d'armes entre le gouvernement et l'Eglise catholique

    media Le vice-président bolivien, Alvaro Garcia Linera, le 24 juin 2010. AFP PHOTO/Claudio Santana

    Un projet d'instauration d'une peine de prison à perpétuité pour les violeurs et meurtriers d'enfants a été qualifié de disproportionné par la hiérarchie locale catholique. Des commentaires qui n'ont pas du tout été appréciés par le pouvoir en place.

    Avec notre correspondant à La PazReza Nourmamode

    C'est le vice-président bolivien, Alvaro Garcia Linera, qui a suggéré l'idée lors du récent sommet national de réforme du système judiciaire : créer une peine de prison à perpétuité pour les « viols sur mineurs ayant entraîné la mort ».

    La proposition, qui intervient après plusieurs faits divers sordides, a été retenue par le sommet et sera donc débattue sur le fond dans les semaines à venir.

    Mais elle a aussi été vivement critiquée par une partie du pays, et notamment par l'Eglise catholique. L'archevêque de Santa Cruz, Sergio Gualberti, a ainsi dénoncé une mesure contraire aux droits de l'homme et qui aurait pour conséquence « la mort civile et sociale » de la personne condamnée.

    Une prise de position qui a entraîné un commentaire cinglant de la part du président bolivien : « J'espère que cet évêque qui refuse la prison à perpétuité n'est pas en train de défendre l'évêque qui viole des enfants » a déclaré Evo Morales.

    « Il n'y a pas un seul évêque en Bolivie accusé de ce crime » a répondu mercredi l'église. Le sommet de réforme du système judiciaire avait pour objectif de transformer et réhabiliter la justice bolivienne, l'une des plus corrompues et inefficaces du continent. La peine maximale en Bolivie est aujourd'hui de 30 années de prison.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.